Chateaurenard (13) Durance & République 1.8.21 © PhI

Info Dernière septembre 2021

Brèves infos rassemblées par des laïques

04 Alpes-de-Haute-Provence, Castellane, Valavoire, Forcalquier 2012-2013 © PhI
04 Alpes-de-Haute-Provence, Castellane, Valavoire, Forcalquier 2012-2013 © PhI

Crèche cultuelle devenue culturelle

Crèches de Noël : Laurent Wauquiez gagne en appel, [contre la Ligue des Droits de l’Homme] 6.9.21 LePoint.fr, Marc Leplongeon. « La justice lyonnaise ne voit aucun acte de prosélytisme ou de revendication religieuse dans l’exposition sur l’art des santonniers organisée à l’hôtel de région en 2017. Les crèches de Noël dans les lieux publics sont en décembre ce que la rentrée scolaire est en septembre : un joli marronnier journalistique qui promet toujours une belle polémique. Chaque année, les élus locaux de droite s’offrent un débat dans la presse locale et régionale : ont-ils le droit d’installer une crèche de Noël dans les hôtels de ville, malgré le devoir de neutralité qui s’impose à eux ? En décembre 2017, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes donne ainsi son autorisation pour une exposition sur l’art populaire des santonniers (le santon est une figurine en argile peinte représentant des personnages de la Nativité). Plusieurs œuvres représentent des crèches et sont installées dans les locaux du conseil régional []« 

Les crèches de Wauquiez validées par la justice, 23.11.18, lepoint.fr, Catherine Lagrange. « En exposant non plus une crèche de Noël, mais une collection de crèches, la région Auvergne-Rhône-Alpes contourne la question de la laïcité. []« 

Laurent Wauquiez : « Identitaire est devenu la pire insulte ». Rupture. Éloge des racines, laïcité offensive, Europe rétrécie… Tugdual Denis & Laureline Dupont, LePoint.fr, 19.10.17. « Le candidat à la tête des Républicains détaille sa « vraie droite » []« 

Un peu de lumière et d'ombre... "Civique", essai graphiq' avec Muz' 18.9.20 © PhI
Un peu de lumière et d’ombre… « Civique », essai graphiq’ avec Muz’ 18.9.20 © PhI

Laïcité : des santons très politisés ? En Auvergne-Rhône-Alpes comme en PACA, les politiques s’écharpent à nouveau sur les crèches de Noël. Défense de la tradition ou manœuvre politique ? Jérôme Cordelier, lepoint.fr 15.12.16. « Et c’est reparti ! Voici revenue la désormais traditionnelle polémique sur les crèches à l’approche de Noël. En installant l’une d’entre elles – sur 14 mètres carrés et avec 158 santons – dans le hall du conseil régional Auvergne-Rhône Alpes, le président (LR) de l’institution Laurent Wauquiez échauffe les esprits. « Laurent Wauquiez provoque et entretient une confusion volontaire, pour réaffirmer un message à la droite de la droite en jouant sur la France catholique éternelle », s’exclame ainsi Jean-François Debat, président du groupe PS à la région et maire de Bourg-en-Bresse. []« 

Fin de l'été, lac de Ste-Croix désert (04) Moustiers 1.9.21 © PhI
Fin de l’été, lac de Ste-Croix désert (04) Moustiers 1.9.21 © PhI

À l’origine du drapeau pirate, 4 mn, 30.8.21, FranceCulture.fr, Maxime Marie. « Vous ne verrez plus jamais le fameux drapeau pirate du même œil.
Ce drapeau, pour vous, c’est le symbole des pirates ? Et pourtant, il n’a été utilisé par ces derniers que durant une vingtaine d’années… À la fin du XVIIe, la répression contre les pirates est violente. Pour l’éviter, ces marins n’affichent tout simplement pas de drapeaux à leur navire et préfèrent tendre de faux pavillons pour semer le trouble. Le drapeau noir à tête de mort était en fait utilisé dans un seul but : provoquer une peur panique chez l’équipage abordé et le pousser à abandonner le navire sans endommager le butin. Il est décrit pour la première fois en 1700, par le capitaine du navire anglais HMS Poole, après avoir été attaqué au large de Santiago par le pirate français Emmanuel Wynne. Il décrit un pavillon noir avec tête de mort et des tibias croisés. []« 

Chateaurenard (13) Durance & République 1.8.21 © PhI
Chateaurenard (13) Durance & République 1.8.21 © PhI

Patrimoine & Traditions Républicaines vivaces à Chateaurenard (13)…

Discours de haine et désinformation sur les réseaux : les ressorts de la contestation. 3.9.21 FranceCulture.fr, émission Réseaux sociaux, Baptiste Muckensturm. « Sur Twitch ou sur Reddit, des groupes d’utilisateurs haussent le ton contre les abus dont ils sont victimes. En même temps, les réseaux sociaux se voient contraints de changer muscler leurs réponses []« 

Valensole (04) ombre et lumière, lavande et blé dur 28.7.21 © PhI
Valensole (04) ombre et lumière, lavande et blé dur 28.7.21 © PhI

Le financement des fake news : « Un Far West auquel participent des marques et des institutions publiques », 29.8.21, FranceCulture.fr, Benoît Grossin. « Entretien. Un documentaire sur le business de la désinformation signé Aude Favre et Sylvain Louvet pointe le rôle des plateformes de financement participatif et du marché publicitaire sur Internet. Entreprises, institutions et associations contribuent sans toujours le savoir à la croissance des infox en ligne []« 

La République en Fêtes : charrette de Chateaurenard (13), défilé de Puyméras (84) © PhI
La République en Fêtes : charrette de Chateaurenard (13), défilé de Puyméras (84) © PhI

création, 1.9.21

La République en Fêtes : charrette de Chateaurenard (13), défilé de Puyméras (84) © PhI

République en Fêtes

Explorons le Patrimoine des Festivités républicaines dans le Midi

Chateaurenard (13) Durance & République 1.8.21 © PhI
Chateaurenard (13) Durance & République 1.8.21 © PhI

La République Festive

Au cours du collectage de documents sur le patrimoine laïque du Midi, ces « Routes de la République« (1), avec des statues (Marianne…), des coopératives, des cercles, des arbres de la liberté ou de la laïcité, des frontons d’églises avec devise républicaine… nous avons découvert quelques fêtes républicaines qui persistent. Les media locaux ont été précieux ainsi que nos collègues historiens méridionaux, dont feu Maurice Aghulon, Jean-Marie Guillon et Maurice Mistre. Mais, le plus souvent perdurent des banquets et des apéros républicains. Donc, oublions les défilés militaires pour évoquer quelques fêtes républicaines plus originales et très populaires.

Commençons par une manifestation festive très rurale, une « carreto ramado » républicaine (charrette ramée, habillée de feuillages, de légumes du bord de la Durance et de 4000 glaïeuls rouges), avec une Marianne en tête, tirée par un attelage de plus de 80 chevaux de trait, guidés par des charretiers habillés en pantalon bleu, chemise blanche et taillole rouge, aux sons de la Marseillaise, de la Carmagnole et de l’Internationale. C’est à Chateaurenard, au nord du pays d’Arles, au sud d’Avignon, dans le « triangle d’or » du maraîchage (irrigué par la Durance) que défile chaque premier dimanche d’août, cette charrette de la Confrérie des Maraichers (ou de la Madeleine). C’est une des nombreuses « carreto ramado », dont la plupart sont religieuses, mais celle-ci se distingue par son républicanisme. Créée par le groupe des cultivateurs les plus modestes, les Maraîchers, elle était autrefois religieuse, et, a été laïcisée en 1907. Sur cette commune existent également : une charrette religieuse (St Eloi), et, une plus récente, neutre (donc laïque), Les Eclumes, animée par les habitants de La Crau, un hameau de la ville.

Allons plus haut, à l’extrême nord du Vaucluse, dans la petite commune de Puyméras, où nous avons pu participer, le 14 juillet, à un défilé où la Marianne est transportée par quatre jeunes, partant de la place de mairie et parcourant le village. Et le soir, se déroule, sur la place de la mairie, un banquet républicain, puis un bal républicain (et, en 2019, un concours du tee-shirt républicain) (2). Ces balades du 14 juillet où Marianne est conviée, existent encore dans sept localités, en particulier, à La Bastide, à Villeneuve-de-la-Raho et à la Boule-d’Amont, dans les Pyrénées-Orientales, et dans l’Hérault. Des cérémonies qui datent de la fin du XIXe siècle. « A St-Chinian, à Cruzy, à Cazouls-d’Hérault (34), on l’installe sur le balcon (ou le bord de la fenêtre de la mairie illuminée), avec des drapeaux tricolores […] où elle préside à toutes les réjouissances de la fête nationale ». Enfin, au Canet (Hérault), lors de la retraite aux flambeaux, le cortège s’arrête devant la statue de Marianne, la fanfare joue la Marseillaise, reprise en cœur par la population, puis un musicien entonne l’Internationale… ».

Ces manifestations attestent que l’on allier les traditions, les valeurs républicaines et l’engouement populaire. Par contre, on constate trop souvent un fréquent manque d’imagination de municipalités qui préfèrent animer leur commune avec un retour (ou une continuation) à une « tradition » le plus souvent cléricale (procession) au lieu d’explorer l’histoire de leur commune et de leur région. Car, aux côtés des fêtes de tradition religieuse, quelques fêtes républicaines et de nombreuses fêtes païennes, des vendanges, du blé, du riz…

Enfin, pour conclure cette petite illustration de la « République festive » on peut approfondir le sujet avec les travaux de Maurice Agulhon, de Mona Ouzouf, de Evelyne Duret et de Olivier Ihl. L’idée républicaine peut être festive, populaire, laïque, créer du lien social et du sens. PhI

La République en Fêtes : charrette de Chateaurenard (13), défilé de Puyméras (84) © PhI
La République en Fêtes : charrette de Chateaurenard (13), défilé de Puyméras (84) © PhI

Notes (et références complètes sur les versions papier/électronique, réservées aux cotisants)

(1) « Les Routes de la République. Patrimoine Laïque dans le Midi », document au format pdf de 5 pages, Philippe Isnard, éd. Laïcité & LP, 5.2.05 – Laicite.fr Midi

création, 8.11.20Contact : midi(a)laicite.fr – 06 52 27 09 38 84(a)laicite.fr