Archives de catégorie : Media en Revue

pin, Allemagne-en-Provence (04) 5.4.21 © PhI

Info Dernière avril 2021

Infos rassemblées par des laïques d’ici et d’ailleurs

premiers coquelicots 2.4.21 rue des dragées, Trinquetaille (13) Arles © PhI
premiers coquelicots 2.4.21 rue des dragées, Trinquetaille (13) Arles © PhI

« La caricature et son contexte, 6.4.21, Marion Dupont, FranceCulture.fr Histoires d’images. Les polémiques autour du dessin de presse et de la caricature politique semblent plus nombreuses et plus virulentes chaque année – quand elles ne tuent pas. Si la caricature politique est née grâce à des conditions historiques favorables, peut-elle disparaître si ces conditions venaient à changer ? Il y a eu la décision du New York Times d’arrêter la publication de dessins satiriques dans les pages de son édition internationale, un mois après la publication controversée d’une caricature moquant Donald Trump et Benyamin Nétanyahou, en juin 2019. En France, l’assassinat tragique du professeur Samuel Paty en octobre 2020 remettait le thème des caricatures au centre du débat public, après une longue histoire française de polémiques picturales. Depuis, sur les réseaux sociaux, certaines voix se sont réjouies du départ (volontaire) du dessinateur Xavier Gorce du journal Le Monde en janvier ; d’autres s’élevaient contre le très satirique Canard Enchaîné suite à un dessin évoquant le génocide des Tutsis au Rwanda, puis de nouveau pour un portrait de la maire de Strasbourg Jeanne Barseghian. []« 

CaricaturesEtCaricature.com « Actualité-Recherche sur la caricature et le dessin de presse ».

La censure du dessin de presse : de la répression aux multiples pressions, 4.8.20 CaricaturesEtCaricature.com Guillaume Doizy. En avril 2019, le New York Times décidait de ne plus publier de dessins éditoriaux dans son édition internationale. Quelques semaines plus tôt, le journal avait inséré dans sa page « opinions » un cartoon d’un caricaturiste portugais, figurant le président américain Donald Trump coiffé d’une kippa et tenant en laisse le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, animalisé pour l’occasion en chien avec une étoile de David à son collier. Si le dessin n’a suscité aucune polémique au Portugal, lieu de sa première parution, sa republication par le New York Times a entraîné une vague d’indignation d’abord dans le premier cercle autour de Donald Trump, puis rapidement au-delà. Dans les jours qui ont suivi, face aux pressions, le journal a qualifié le dessin d’antisémite et digne des pires productions nazies, avant finalement donc de s’abstenir dorénavant de recourir au travail des dessinateurs éditoriaux. […] Caricature et choc des cultures. Au XIXe siècle à Rome, a été mis à jour un graffiti antique représentant un personnage crucifié à tête d’âne, devant lequel se prosterne un autre personnage avec cette inscription : « Alexamène adore Dieu » []« 

dans un vallon d'Allemagne-en-Provence (04), chardon 5.4.21 © PhI
dans un vallon d’Allemagne-en-Provence (04), chardon 5.4.21 © PhI

Arles : un paroissien dénonce le non-port du masque en l’église, Johanna Olibé 20.3.21 laProvence.com. Il y a peu de temps, une personne fréquentant l’église Saint-Trophime s’est offusquée du non-port du masque par les prêtres et beaucoup de paroissiens. Alors qu’elle aurait échangé plusieurs fois avec les prêtres « pour les inciter à en porter et à décourager la congrégation de s’embrasser lors des messes », elle explique ne pas être parvenue à un accord. Elle a donc fait un signalement au commissariat de police : « L’église continue de ne pas respecter les règles sanitaires et cela présente un grand risque pour la vie, le bien-être et les services de santé d’Arles. Je souhaite que les personnes qui ont peur d’y assister puissent venir sans se sentir mal à l’aise ».Selon elle, les prêtres estimeraient que les masques sont autoritaires []« 

pins, Allemagne-en-Provence (04) 5.4.21 © PhI
pins, Allemagne-en-Provence (04) 5.4.21 © PhI

Mila toujours menacée

Affaire Mila : cinq personnes jugées en juin, dont deux pour « menaces de mort », 11 & 15.3.21 leDauphine.com […] Menaces de mort, références à Samuel Paty. Mila avait suscité de violentes réactions, accompagnées parfois de menaces de mort, en publiant en novembre sur le réseau social TikTok une nouvelle vidéo dans laquelle elle s’en prenait vertement à ses détracteurs. L’adolescente avait partagé sur Twitter des captures d’écran des menaces de mort reçues, certaines évoquant l’assassinat du professeur Samuel Paty en octobre 2020 dans les Yvelines. Le parquet de Vienne (Isère), qui avait ouvert mi-novembre une enquête, s’était dessaisi début décembre au profit du pôle national de lutte contre la haine en ligne. Symbole de la liberté d’expression. Plus récemment, la jeune iséroise avait de nouveau été victime d’un torrent d’insultes sur Twitter après avoir publié un dessin de pain au chocolat. Quelques heures plus tard, Twitter lui suspend son compte pour « violation des règles » du réseau social. Depuis le 18 janvier 2020, Mila et sa famille vivent sous surveillance. La jeune femme a dû quitter son lycée. Son cas est devenu un symbole de la lutte contre le cyber-harcèlement et de la difficile liberté d’expression au temps des réseaux sociaux. […]« 

pin, Allemagne-en-Provence (04) 5.4.21 © PhI
pin, Allemagne-en-Provence (04) 5.4.21 © PhI

Mila publie une photo de pain au chocolat sur Twitter et voit son compte suspendu. 15.3.21 leDauphine.com Mila, adolescente iséroise, qui avait publié une vidéo polémique sur l’islam en janvier 2020, a vu son compte Twitter fermé dimanche soir après une publication anodine suivie de messages d’insultes. Il a été réactivé ce lundi matin. Mila, adolescente iséroise, menacée régulièrement de mort sur les réseaux sociaux après avoir publié le 18 janvier 2020 une vidéo devenue virale dans laquelle elle critiquait l’islam, a vu son compte Twitter « @magicalorrs » suspendu dimanche indique Le Point. La jeune femme, suite à une publication d’un dessin datant de la maternelle, représentant un pain au chocolat, a essuyé un torrent d’insultes de type « sale pute », « islamophobe de merde ». []« 

fougère et pin, Allemagne-en-Provence (04) 5.4.21 © PhI
fougère et pin, Allemagne-en-Provence (04) 5.4.21 © PhI

Menace contre Mila : six arrestations, notamment en Haute-Savoie. Rédaction avec AFP – 22.3.21 LeDauphine.com – « Six personnes ont été placées en garde à vue lundi dans l’enquête sur les menaces de mort proférées à l’encontre de l’adolescente iséroise Mila, après la publication en novembre par cette dernière d’une nouvelle vidéo polémique sur l’islam. Déjà cinq interpellations dans cette affaire. Ces six personnes, cinq hommes et une femme âgés de 18 à 35 ans, ont été placées en garde à vue à Paris, en Seine-et-Marne, en Gironde, en Haute-Savoie, dans le Bas-Rhin et les Bouches-du-Rhône, dans le cadre des investigations menées par le pôle national de lutte contre la haine en ligne, récemment créé au sein du parquet de Paris. Elles ont été placées en garde à vue du chef de « harcèlement moral en ligne » et pour cinq d’entre elles également pour « menaces de mort », tandis que la sixième l’était pour sa part pour « menaces de crime ». Cinq personnes avaient déjà été arrêtées en février et doivent être jugées en juin par le tribunal correctionnel de Paris []«  (Merci à Id@ & Leila)

genévrier, Allemagne-en-Provence (04) 5.4.21 © PhI
genévrier, Allemagne-en-Provence (04) 5.4.21 © PhI

La laïcité tolère-t-elle la nuance ? 31.3.21 FranceCulture.fr Le Temps du débat / Emmanuel Laurentin. « Faut-il durcir l’application du principe de laïcité dans la République ? A la fin de la semaine se termine le mandat des responsables de l’Observatoire de la laïcité, une institution publique lancée il y a huit ans par François Hollande qui poursuivait un projet voulu par Jacques Chirac. Une institution bousculée, particulièrement depuis 2015 et les attentats, et accusée d’avoir été trop accommodante avec un islam politique. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et la ministre déléguée chargée de la citoyenneté Marlène Schiappa ont laissé entendre que cette institution allait évoluer ou laisser la place à une autre, plus proche de la ligne laïque défendue par le gouvernement. Car quand on parle de laïcité, celle-ci peut être qualifiée d’accommodante ou de combat et les définitions en sont multipliées. D’autant que les situations ne sont pas facilitées par quelques approches territoriales différentes comme on l’a vu la semaine passée avec l’affaire du financement d’une partie de la mosquée Eyyub Sultan par la municipalité de Strasbourg. – Intervenants : Nicolas Cadène, Juriste, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité ; Jacqueline Costa-Lascoux, Juriste et sociologue, directrice de recherche au CNRS, chercheure associée au Cevipof, déléguée à la prévention de la radicalisation à la Licra ; Francis Messner, Juriste, directeur de recherche émérite au CNRS et professeur conventionné à l’Université de Strasbourg (revue Droits des religions) » []

Moustiers (04) 13.2.21 © PhI
Moustiers (04) 13.2.21 © PhI

Alsace & Mosquées

Hélas, ce n’est pas nouveau ! PS en 1995-1999 « Financement d’une mosquée par la mairie de Strasbourg. La municipalité de Strasbourg a décidé en avril 1999 le financement d’une mosquée pour la communauté musulmane. Au nom du « principe républicain fondamental de la liberté des cultes et de leur exercice dans le cadre de la cité », le maire Roland Ries (PS) a ainsi justifié ce cadeau public scandaleux. L’aide municipale consistera dans le don d’un terrain et le financement de la mosquée centrale, à quoi il faut ajouter le financement de trois autres lieux de cultes. L’attitude anti laïque du maire n’est que la continuation des promesses électorales de la ministre Catherine Trautmann en 1995. Le régime spécial en vigueur en Alsace Lorraine, où la loi de séparation de l’Eglise et de l’état de 1905 ne s’applique pas, constitue un terreau extrêmement favorable à la dilapidation de l’argent public. Commentant la décision du maire et les perturbations de la séance du conseil municipal, Mme Trautmann n’a pas hésité à parler du « respect de la laïcité »! Une représentation du FN-MN conduite par Bruno Mégret s’était en effet rendue à Strasbourg pour s’opposer à la construction de la mosquée, motivée par la haine de l’étranger et par l’attachement au catholicisme, la laïcité restant à leur yeux aussi peu recommandable que l’islam [] » Atheisme.org 4.99, sources: L’Alsace, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, Libération, avril 1999

"Alsace-Moselle, toujours gouvernée par Dieu" Charb
« Alsace-Moselle, toujours gouvernée par Dieu » Charb

Alsace-Moselle sur Laicite.fr Midi

Alsace-Moselle & Laïcité, Les Profanes
Alsace-Moselle & Laïcité, Les Profanes

Catherine Trautmann sur l’affaire de la subvention à la mosquée : « Il est urgent de réconcilier et réparer », 3.4.21 DNA.fr – Dans une tribune adressée aux Dernières Nouvelles d’Alsace , Catherine Trautmann estime que la subvention pour la construction de la mosquée Eyyub Sultan soumise au conseil municipal du 22 mars posait trois problèmes. L’ancienne maire de Strasbourg appelle à une rapide sortie de crise. Le dernier conseil municipal a été marqué par le rejet de la définition de l’antisémitisme proposée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste, ainsi que le vote d’une subvention pour la nouvelle mosquée Eyyub Sultan. De très nombreux Strasbourgeois sont encore frappés d’incompréhension et inquiets de voir leur Ville livrée à une tempête polémique et médiatique qui ternit son image et nuit à son rayonnement. Mais cet épisode met surtout à mal trente ans de co-élaboration avec les représentants des diverses religions et confessions présentes parmi nous, d’une culture particulière à cette ville : la contribution des religions à la paix sociale et à la concorde républicaine par le dialogue interreligieux et la fabrication d’un « commun » partageable par toutes et tous, y compris les non-croyants. Ce commun porte un nom : la laïcité, ouverte et accueillante de l’autre, à la fois vertu et règle républicaine d’égalité. L’égalité s’exprime et se met en œuvre indépendamment de sa confession ou de ses convictions, de son genre ou de son origine. []« .

1889 Ecole de Mouriès (13) inscriptions républicaines, Laicite.fr © PhI
1889 Ecole de Mouriès (13) inscriptions républicaines, Laicite.fr © PhI

Vidéosurveillance : quels résultats à Arles, la ville la plus étendue de France ? 3 m 09, 18.3.21. TF1.fr Journal de 20 h. Sur les boulevards périphériques, en plein centre-ville ou sur le parvis des arènes, depuis neuf ans, la plus grande ville en superficie de l’Hexagone, vit sous les caméras des vidéosurveillance. À Arles, cité très touristique, les habitants ont appris à vivre avec. La ville est filmée par 130 caméras. Des images retransmises en temps réel dans un centre de supervision urbain. Deux opérateurs sont les yeux de la ville, six jours sur sept, de huit heures à vingt heures. Quand ils ne sont pas derrière les écrans, les images sont enregistrées. Hormis ces deux agents, seules les forces de l’ordre peuvent les visionner. Avant d’être détruites, les images sont conservées quinze jours. Pour les policiers, dans ce délai, uniquement, elles peuvent être transmises dans le cadre d’une enquête : identification des auteurs, mode opératoire, flagrant délit. Découvrez la suite de ce reportage dans la vidéo ci-dessus. »

IVG : Appel des 343 "salopes" Nouvel Obs & Charlie Hebdo
IVG : Appel des 343 « salopes » Nouvel Obs & Charlie Hebdo

l’Appel des 343 « salopes »

Avant la loi Veil, le coup d’éclat des 343 « salopes », 5.4.17 FranceCulture.fr Le 5 avril 1971, elles étaient 343 à signer publiquement un manifeste dans Le Nouvel Observateur et à déclarer publiquement qu’elles avaient eu recours à l’avortement. Comment les médias ont-ils permis aux féministes de cheminer vers la dépénalisation de l’avortement ? Exploration en archives. C’était le 5 avril 1971. Dans Le Nouvel Observateur, 343 femmes signaient un manifeste et déclaraient avoir eu recours à l’avortement malgré l’interdiction pénale, et réclamaient le droit à disposer de leur corps. []« 

création, 1.4.21

Arles-sur-Rhône, soir 22.1.21 © PhI

Info Dernière mars 2021

Infos rassemblées par des laïques d’ici et d’ailleurs

Hélas, ce n’est pas nouveau ! PS en 1995-1999 « Financement d’une mosquée par la mairie de Strasbourg. La municipalité de Strasbourg a décidé en avril 1999 le financement d’une mosquée pour la communauté musulmane. Au nom du « principe républicain fondamental de la liberté des cultes et de leur exercice dans le cadre de la cité », le maire Roland Ries (PS) a ainsi justifié ce cadeau public scandaleux. L’aide municipale consistera dans le don d’un terrain et le financement de la mosquée centrale, à quoi il faut ajouter le financement de trois autres lieux de cultes. L’attitude anti laïque du maire n’est que la continuation des promesses électorales de la ministre Catherine Trautmann en 1995. Le régime spécial en vigueur en Alsace Lorraine, où la loi de séparation de l’Eglise et de l’état de 1905 ne s’applique pas, constitue un terreau extrêmement favorable à la dilapidation de l’argent public. Commentant la décision du maire et les perturbations de la séance du conseil municipal, Mme Trautmann n’a pas hésité à parler du « respect de la laïcité »! Une représentation du FN-MN conduite par Bruno Mégret s’était en effet rendue à Strasbourg pour s’opposer à la construction de la mosquée, motivée par la haine de l’étranger et par l’attachement au catholicisme, la laïcité restant à leur yeux aussi peu recommandable que l’islam [] » Atheisme.org 4.99, sources: L’Alsace, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, Libération, avril 1999

Sylvain Fort : De quoi Klaus Kinzler est le nom, jeudi 11.3.21 lexpress.fr « L’affaire de l’IEP de Grenoble met en lumière avec une sorte de précision entomologique la mécanique de l’ « islamo-gauchisme », ses méthodes, son ethos. Effarant. Lorsque Frédérique Vidal parla d' »islamo-gauchisme », on lui reprocha d’employer un terme dépourvu de sens. De politique, la querelle se fit sémantique. On décortiqua le concept. Sa généalogie. Son étymologie. Sa bibliographie. Ses théories et ses apories. Disputes doctrinales! Querelle de chapelles! Les Six-Cents contre les Cent-Trente (1)! Notes de bas de pages, parole ex cathedra du CNRS soi-même, variantes, peer review, à la fin, tout fut fait que pour cette notion un peu floue soit engloutie sous une masse de considérations abstraites venant en saper l’existence même. À rebours, l’affaire qui secoue l’IEP de Grenoble manifeste avec éclat ce que ces disputes voulaient évincer : la réalité. Cette affaire met en lumière avec une sorte de précision entomologique la mécanique de l’islamo-gauchisme, ses méthodes, son ethos. Nous le voyons s’ébattre dans son biotope naturel. L’IEP de Grenoble en est devenu l’enclos expérimental. À l’oeil nu, on observe le syllogisme qui associe gauchisme et islamisme : le gauchisme s’assigne comme tâche morale et politique de détecter et punir le fascisme, or émettre la moindre objection théologique, morale ou culturelle sur l’islam, religion des opprimés, est fasciste, donc il faut punir au nom de l’islamophobie les réfractaires à l’islam, puisque ce sont des fascistes. À partir de là, la chasse est ouverte. []« 

Thèse sous pression, Aix (13), 24.3.21. « Bonjour, Je souhaite vous signaler des tentatives de censure sur ma thèse de philosophie, thèse validée et évaluée chaque année, depuis 3 ans (« Des théories de tolérance à la philosophie de laïcité : la citoyenneté selon Bayle, Locke et Voltaire à l’épreuve des nouvelles théologies politiques« ) Fac de Lettres Aix-en-Provence, Institut Histoire de la philosophie. Voici un lien d’une minute [de son intervention] chez Pascal Praud [Cnews ?] sur cela. Merci de votre aide, Salima Aït [Aix-en-Provence] » Chaine YouTube # « Laïcité et Vivre Ensemble à Aix-en-Provence : Conférence au CSC Les Amandiers, 20.2.16 YT » # Mouvement Laïque pour le Vivre-Ensemble #

« La Femme et la Laïcité : Conférence. Espace Gagarine, ville de Port de Bouc, Espace Gagarine, ville de Port de Bouc, 21.3.15, Salima Aït, YT 22.3..15 La laïcité est le seul cadre politique dans lequel peut se construire l’égalité, la citoyenneté et donc la liberté des femmes. La force de la Laïcité tient à sa capacité à proposer une solution viable, à long terme, pour favoriser l’équilibre, l’harmonie, le respect mutuel et les libertés qui, au cours des siècles, se sont avérées nécessaires aux humains pour se construire et s’épanouir : la liberté de penser, la liberté d’opinion et d’expression, la liberté de conscience et de culte. Pour résumer : la liberté de choisir. Femme ou homme, que l’on soit croyant ou pas, c’est ce même principe républicain de liberté, d’égalité et de fraternité qui nous permet de vivre ensemble, dans un esprit de concorde et de paix, malgré les tentatives de remises en cause et les manœuvres de déstabilisation. Ce principe immuable doit être protégé, en étant réaffirmé de façon régulière et sans aucune hésitation, afin de porter ensemble la voix des femmes de notre planète et leur volonté de vivre dans un monde libéré des inégalités de genre. Cette conférence est l’oeuvre commune de : Mouvement Laïque pour le Vivre Ensemble, L’Observatoire de la Laïcité en Provence, Vie Au Féminin. »

Dordogne, écoles menacées de fermeture. « Deux écoles primaires de Bergerac (Romain Rolland, La Moulette) vont fermer à la rentrée prochaine sur décision du nouveau maire LR Jonathan Priolaud. L’UFAL de Bergerac ont entamé une action avec les parents d’élèves non adhérents ni à la FCPE, ni à la PEP. Une des écoles, Romain Rolland, a une classe ULIS. » UFAL 24 #- « Bergerac : leur école menacée de fermeture, les parents affichent leur opposition. 22.3.21 SudOuest.fr Ce lundi 22 mars, ils ont placardé une grande banderole pour interpeller les passants sur les menaces qui pèsent sur Romain-Rolland. « Touche pas à mon école », « Non à la fermeture de Romain-Rolland », « Bergeracois, Bergeracoises, que souhaitez-vous voir ici : une école ou un centre régional de la photographie ? » depuis ce lundi 22 mars, voici quelques-uns des messages qui interpellent les passants de la rue Saint-Esprit, à Bergerac (Dordogne). Ils sont regroupés sur une banderole accrochée aux grilles de l’école Romain-Rolland, que la municipalité souhaite fermer. L’initiative revient à des parents dont les enfants sont scolarisés dans cet établissement, unique école publique située au cœur de la ville. Ils contestent le projet de fermeture et souhaitent attirer l’attention des habitants : « Il faut que les gens sachent ce que le maire veut faire », dit Sophie Leclaire. Les parents contestataires ont reçu le soutien de l’Union des familles laïques de la Dordogne « Ufal 24) qui leur a prêté la banderole. Ils y ont ajouté leurs revendications mais aussi une série de photos. Ces clichés se veulent un clin d’œil au projet envisagé à la place de l’école, qui deviendrait un centre régional de la photographie []« 

UFAL PACA-Ouest Activités 2019-2021, UDAF 13, 2.21
UFAL PACA-Ouest Activités 2019-2021, UDAF 13, 2.21

« UFAL Laïque donc Sociale » édito, relevé d’activités 2019-2021 de l’UFAL 13 et PACA-Ouest, dans la Lettre Contact UDAF 13 n° 268, février 2021.

Moustiers (04) 13.2.21 © PhI
Moustiers (04) 13.2.21 © PhI

RIEN. « Je fais partie de ceux à qui le néant parait le plus probable… tellement probable que cela fait, en pratique, comme une quasi-certitude. Je m’en accommode comme je le peux, et au fond pas trop mal. La mort de mes proches m’inquiète moins que leur souffrance. La mort à moi, moins que la leur. C’est un acquis de l’âge peut-être, ou de la paternité. Ma mort ne prendra que moi-même ; c’est pourquoi elle me prendra tout et ne me prendra rien ; puisqu’il n’y aura plus personne pour avoir perdu quoi que ce soit. La mort des autres est autrement réelle, autrement sensible, autrement douloureuse. Cela ne nous dispense pas, hélas, de l’affronter aussi. » André Comte-Sponville, cité par percantoch.canalblog.com

"RIEN... je ne veux... je n'attends... je ne dirais" 14.3.21 © PhI
« RIEN… je ne veux… je n’attends… je ne dirais » 14.3.21 © PhI

RIEN « Rien, je ne veux rien / Ni savoir qui tu es ni d’où tu viens / Rien, je n’attends rien du tout / Et si tu m’aimes, fais la même chose pour moi / Rien, je ne dirai rien… » J. Higelin # ParolesChanson

Femmes Solidaires Arles 15.9.19 Forum Associations © PhI
Femmes Solidaires Arles 15.9.19 Forum Associations © PhI

« La Parole est Notre Liberté« , appel collectif arlésien pour le 8 mars 2021, journée de lutte pour les Droits des Femmes

8 mars 2021 Journée Internationale des Droits des Femmes Arles
8 mars 2021 Journée Internationale des Droits des Femmes Arles

8 mars

  • Origine du « 8 mars » / « journée internationale des droits des femmes » [1910], nous avons vérifié ce que nous avions en mémoire, avec deux sources qui nous semblent crédibles (l’historienne Françoise Picq du CNRS et Wikipédia) :
  • « [] Une initiative du mouvement socialiste. [Françoise Picq du CNRS] Car c’est un fait, « c’est en août 1910, à la IIe conférence internationale des femmes socialistes, à Copenhague, à l’initiative de Clara Zetkin, militante allemande, qu’a été prise la décision de la célébrer », ajoute l’historienne. La date du 8 mars n’est pas avancée, mais le principe est admis : mobiliser les femmes « en accord avec les organisations politiques et syndicales du prolétariat dotées de la conscience de classe ». La Journée des femmes est donc l’initiative du mouvement socialiste et non du mouvement féministe pourtant très actif à l’époque. « C’est justement pour contrecarrer l’influence des groupes féministes sur les femmes du peuple que Clara Zetkin propose cette journée, précise Françoise Picq. Elle rejetait en effet l’alliance avec les “féministes de la bourgeoisie”. » []« 
  • « La Journée internationale des femmes, Wikipédia (selon l’appellation officielle de l’ONU ; en anglais, International Women’s Day ou IWD), également appelée journée internationale des droits des femmes dans certains pays comme la France, est célébrée le 8 mars. C’est une journée internationale mettant en avant la lutte pour les droits des femmes et notamment pour la réduction des inégalités par rapport aux hommes. Cette journée est issue de l’histoire des luttes féministes menées sur les continents européen et américain. Le 28 février 1909, une « Journée nationale de la femme » (National Woman’s Day) est célébrée aux États-Unis à l’appel du Parti socialiste d’Amérique. À la suite d’une proposition de Clara Zetkin en août 1910, l’Internationale socialiste des femmes célèbre le 19 mars 1911 la première « Journée internationale des femmes » et revendique le droit de vote des femmes, le droit au travail et la fin des discriminations au travail. Depuis, des rassemblements et manifestations ont lieu tous les ans []« 
Arles-sur-Rhône, soir 22.1.21 © PhI
Arles-sur-Rhône, soir 22.1.21 © PhI

G. Halimi, Femmes, Laïcité, Ecole oct. ’03

Laïcité : une loi pour la cohésion, 23.10.03 Gisèle Halimi, avocate et écrivaine, présidente de « Choisir La Cause des femmes », auteure notamment de « La Nouvelle Cause des femmes », éd. Seuil, 1997, et de « L’Avocate irrespectueuse », éd. Plon 2002. Article paru dans la rubrique Point de vue du quotidien Le Monde, 23 oct. 2003, reproduction sur Sisyphe.org autorisée par l’auteure. A la complexité du problème – le port d’insignes religieux à l’école publique, notamment le voile – s’ajoutent le désordre et la confusion de nombreux commentaires. Désordre né de l’absence de toute hiérarchisation des données, des valeurs en cause et des conséquences de décisions prises au cas par cas. Car il s’agit bien – hélas ! – du cas par cas d’une jurisprudence hésitante, contradictoire, éparpillée en confettis d’exclusion ou de maintien des contrevenant(e)s. La vraie question – les signes religieux à l’école sont-ils compatibles, dans certaines conditions, avec nos principes constitutionnels ? -, noyée dans le flou de certaines approches, divise. Sont en cause le principe de la laïcité de l’Etat (art. 2 de la Constitution), qui constitue à la fois un principe politique et un mode d’emploi juridique, et son corollaire direct dans l’enseignement public, la liberté de conscience, d’opinion et d’expression (art. 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen). L’égalité des sexes (préambules des Constitutions de 1946 et 1958) est un autre principe de même valeur que le précédent. Il convient d’y insister pour contrer une certaine mollesse à le défendre, dans cette problématique. Théoriquement, la laïcité, dont le fondement même est né de la loi de 1905 (séparation de l’Eglise et de l’Etat), garantit aux citoyen(ne)s la neutralité du service public, conséquence de l’indépendance du politique à l’égard du religieux. Et assure à tous la liberté de conscience et d’expression. Qui mérite d’être définie. Et limitée. La foi, la pensée, la conscience, justement – domaine du subjectif -, peuvent se dire. Les comportements, les « prescriptions » religieuses, donc les signes et insignes, bref la pratique – domaine de l’objectif -, devraient être interdits. Car ils entreraient en conflit ouvert avec la neutralité laïque dans une acception rigoureuse. Et l’égalité des sexes ? Parente pauvre de l’argumentation, presque oubliée dans ce foisonnement des débats, elle ne semble pas officiellement « listée » dans les valeurs républicaines. Alors qu’elle met inexorablement en cause le port d’un des signes les plus visibles, les plus voyants, le voile, dit « foulard islamique ». Le voile est un terrible signe d’infériorisation de la femme. Je n’extrapole point. C’est le sens même de la prescription du Coran. Définie par rapport à l’homme, à ses désirs, à ses pulsions, la femme se doit de cacher tout ce qui pourrait séduire, appeler à la transgression sexuelle. []« 

Expos Femmes d'Arles + Rurales 3.17
Expos Femmes d’Arles + Rurales 3.17

Culture

Trésor du Rhône. Le lien pour voir ou revoir jusqu’au 24.4.21 France 5 (diff. 25.3.21), Luc, « Le trésor du Rhône. Près du centre historique d’Arles, les archéologues du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines s’apprêtent à explorer le lit du Rhône dans le plus grand secret. Par 20 m de fond, ces plongeurs émérites font une découverte exceptionnelle : une épave romaine et son précieux chargement. De quoi est composé ce trésor ? A qui était-il destiné ? C’est une enquête passionnante que Luc Long et son équipe vont devoir mener. Leurs découvertes, enrichies par des reconstitutions virtuelles inédites, font renaître le passé antique d’Arles au IVe siècle. » []

création, 1.3.21

Saliers (13) Arles, années 2000 (argentique) © PhI

Info Dernière février 2021

Infos glanées par des laïques, d’ici et d’ailleurs

Arles-sur-Rhône, soir 22.1.21 © PhI
Arles-sur-Rhône, soir 22.1.21 © PhI

8 mars

  • Origine du « 8 mars » / « journée internationale des droits des femmes » [1910], nous avons vérifié ce que nous avions en mémoire, avec deux sources qui nous semblent crédibles (l’historienne Françoise Picq du CNRS et Wikipédia) :
Femmes en Mouvement 2019 Arles
Femmes en Mouvement 2019 Arles
  • « [] Une initiative du mouvement socialiste. [Françoise Picq du CNRS] Car c’est un fait, « c’est en août 1910, à la IIe conférence internationale des femmes socialistes, à Copenhague, à l’initiative de Clara Zetkin, militante allemande, qu’a été prise la décision de la célébrer », ajoute l’historienne. La date du 8 mars n’est pas avancée, mais le principe est admis : mobiliser les femmes « en accord avec les organisations politiques et syndicales du prolétariat dotées de la conscience de classe ». La Journée des femmes est donc l’initiative du mouvement socialiste et non du mouvement féministe pourtant très actif à l’époque. « C’est justement pour contrecarrer l’influence des groupes féministes sur les femmes du peuple que Clara Zetkin propose cette journée, précise Françoise Picq. Elle rejetait en effet l’alliance avec les “féministes de la bourgeoisie”. » []« 
  • « La Journée internationale des femmes, Wikipédia (selon l’appellation officielle de l’ONU ; en anglais, International Women’s Day ou IWD), également appelée journée internationale des droits des femmes dans certains pays comme la France, est célébrée le 8 mars. C’est une journée internationale mettant en avant la lutte pour les droits des femmes et notamment pour la réduction des inégalités par rapport aux hommes. Cette journée est issue de l’histoire des luttes féministes menées sur les continents européen et américain. Le 28 février 1909, une « Journée nationale de la femme » (National Woman’s Day) est célébrée aux États-Unis à l’appel du Parti socialiste d’Amérique. À la suite d’une proposition de Clara Zetkin en août 1910, l’Internationale socialiste des femmes célèbre le 19 mars 1911 la première « Journée internationale des femmes » et revendique le droit de vote des femmes, le droit au travail et la fin des discriminations au travail. Depuis, des rassemblements et manifestations ont lieu tous les ans []« 
plateau de Valensole (04) lavande et tourisme 18.7.19 © PhI
plateau de Valensole (04) lavande et tourisme 18.7.19 © PhI

« Jolie photo qui laisse gambader l’esprit ! » C.B-D 11.2.21 sur Facebook

Menacé de mort après avoir défendu Samuel Paty, un professeur témoigne, Trappes (78) LCI 7.2.21 « Depuis, le PROF de philosophie vit sous ESCORTE policière » « Les enseignants vivent dans la peur. Un sur deux s’AutoCENSURE. » « J’ai écrit une lettre au président de la République en 2018. Depuis, j’ai vu plus de transformation à Trappes qu’en 18 ans. […] Il y a 20 ans, la synagogue brulait, les juifs puis un peu plus tard les Portugais s’en allaient (de Trappes). Aujourd’hui, ceux qui s’en vont sont les musulmans modérés et les athées. Il n’y a pas un seul coiffeur mixte à Trappes. Les FEMMES maghrébines ne peuvent pas entrer dans un café. [] » Trappes (78) LCI 7.2.21 #SamuelPaty #Trappes #enseignants

vignes (13) Eygalières 3.12.20 Alpilles © PhI
vignes (13) Eygalières 3.12.20 Alpilles © PhI

Liberté, mais… « Danièle Sallenave : face au silence démocratique, quelle parole légitime ? 2.2.21 FranceCulture.fr 33 mn. Quand une parole devient-elle légitime ? Une réflexion sur la parole démocratique et sur son silence, avec l’écrivaine et académicienne Danièle Sallenave, qui publie chez Gallimard, coll. Tract : « Parole en haut Silence en bas » 2021 []« Liberté, mais… Dans cette interview, où elle plaide pour une pluralité de parole, exemple : « est-ce que les caricatures sont un bon matériel pédagogique ? » « pas sûre que c’était une très bonne idée » et souhaite des discussions entre enseignants et parents sur ce sujet ! « liberté d’expression » et « responsabilité » !

Arles 17.10.20 avec Samuel Paty Laicite.fr Midi © PhI
Arles 17.10.20 avec Samuel Paty Laicite.fr Midi © PhI

Ahmad Zahir, quand l’Afghanistan dansait, 31.1.21 FranceCulture.fr 31.1.21. « Vers 1970, l’Afghanistan connait un vent de liberté et de modernisation. Certaines femmes peuvent suivre des études, se dévoiler. Musicalement, une nouvelle génération s’impose. Parmi elle, le jeune chanteur Ahmad Zahir devient une icône populaire et contestataire. Il meurt mystérieusement en 1979. Sous le règne du roi Zaher Shah, le pays se modernise et Kaboul change de physionomie. Dans les années 1960, loin de la vieille ville et de son célèbre bazar, sortent de terre au nord du fleuve de nouveaux quartiers abritant les classes moyennes et supérieures, dont les enfants fréquentent l’université, apprivoisent le mode de vie à l’occidental, la consommation, mais aussi une plus grande liberté de parole. Certaines filles et femmes s’aventurent dans les rues sans voile, dans un pays musulman et conservateur []« 

Saliers (13) Arles, années 2000 (argentique) © PhI
Saliers (13) Arles, années 2000 (argentique) © PhI

Meilleur livre sur Charlie Hebdo 1e et 2e version, celui de C. Delporte, très fouillé, avec le regard de l’historien, du dessinateur, qu’il ne cache rien tout en prenant de la distance []. – « Charlie Hebdo, La folle histoire d’un journal pas comme les autres« , Christian Delporte, éd. Flammarion.com, 384 pp. 23,90 €, ISBN 978-2-08150499-8 « Bal tragique à Colombey : un mort » : Charlie Hebdo est né, un jour de novembre 1970, d’un clin d’oeil irrévérencieux et d’une censure imbécile qui pensait faire taire définitivement l’impertinence. Lancé par des bricoleurs de génie qui s’appelaient Cavanna, Bernier, Cabu, Gébé, Reiser ou Wolinski, relancé, grâce à Cabu, par Val, Charb, Luz, Riss ou Tignous, le journal satirique occupe une place unique en France depuis cinquante ans. Mort en 1981, il a ressuscité en 1992, a failli disparaître en 2009. Des terroristes ont voulu lui donner le coup de grâce en 2015. Pour la première fois, l’historien Christian Delporte relate les grandes heures de Charlie Hebdo dans un récit « de l’intérieur » où, s’attachant à montrer les hommes et femmes qui le conçoivent, il revient sur les grands combats qui ont marqué son histoire. []

Chat et pierres, Tarascon © PhI
Chat et pierres, Tarascon © PhI

création, 1.2.21 – midi(a)laicite.info

Détail dans le Gard (A) 19.1.20 © PhI

Info Dernière, janvier 2021

Infos glanées par des laïques, d’ici et d’ailleurs

1889 Ecole de Mouriès (13) inscriptions républicaines, Laicite.fr © PhI
1889 Ecole de Mouriès (13) inscriptions républicaines, Laicite.fr © PhI

« Après le pain, l’instruction est le premier besoin du peuple » Danton – « 14 juillet 1889 Centenaire de la Révolution française pose de la première pierre de cet édifice« , inscriptions sur l’école de Mouriès (13), pays d’Arles, Alpilles

Pères Noël 3 couleurs https://Laicite.fr/noel
Pères Noël 3 couleurs https://Laicite.fr/noel

Le Père Noël et ses ancêtres, (disponible 1.12.20 au 31.5.21) Arte.tv, 53 mn. « Pourquoi fêtons-nous Noël en décembre ? Et que fêtons-nous exactement ? Qui est le Père Noël et pourquoi apporte-t-il des cadeaux ? C’est à travers un voyage dans le temps et dans le monde que l’on découvre un rituel complexe qui s’étale sur deux mille ans d’histoire et dont la progression géographique va des rives de la Méditerranée, du sud au nord de l’Europe jusqu’au continent américain []« 

Détail dans le Gard (A) 19.1.20 © PhI
Détail dans le Gard (A) 19.1.20 © PhI

Fatwa, qu’es aco ?

Qu’est-ce qu’une fatwa ? 27.12.20 FranceCulture.fr Questions d’islam par Ghaleb Bencheikh, « Plus qu’un avis juridique, un contrat ou même une condamnation à mort, le terme fatwa désigne un éclaircissement. Avec notre invité Stéphane Valter, nous revenons sur l’itinéraire d’un mot dont le sens a été corrompu et nous discutons du lien qui unit fatwas et politique []« 

La Calotte, revue anticléricale, coll. Laicite.fr
La Calotte, revue anticléricale, coll. Laicite.fr

A Bas la Calotte ?

Revue(s) La Calotte, revues anticléricales illustrées (et antireligieuses), Marseille & Paris, sur Laicite.fr

Calotte (paramentique). « La calotte est une coiffe ronde, portée par les ecclésiastiques dans la liturgie catholique. Elle est également en usage chez les Anglicans. Chez les catholiques, on la nomme parfois de son italien zucchetto… En France, sous la Troisième République, fortement anticléricale, un slogan populaire souvent répété est À bas la calotte, employé pour dénoncer l’influence de la religion sur la vie publique. […] » Wikipédia, vu 1.1.21

Détail dans le Gard (A) 19.1.20 © PhI
Détail dans le Gard (A) 19.1.20 © PhI

LO anti-démago

« Il est donc évidemment possible de lutter à la fois contre les discriminations racistes et contre la religion« 

Le piège de la « lutte contre l’islamophobie », revue Lutte de Classe (mensuel.Lutte-Ouvriere.org) n° 181, février 2017 Une politique de construction de fronts pour « lutter contre l’islamophobie » est de plus en plus défendue par une partie de l’extrême gauche. Au point de perdre tout repère de classe, et d’user de démagogie vis-à-vis de l’islam politique. Le débat sur cette question s’est amplifié avec les différentes affaires de jeunes filles voilées à l’école, à partir de 1989, et surtout après la loi de 2004 sur l’interdiction du voile à l’école. Il s’est poursuivi avec la polémique sur l’interdiction du voile intégral dans l’espace public, adoptée en 2010. Depuis les attentats de 2015 et 2016, cette question a pris de l’ampleur. Par exemple, le lamentable épisode de l’affaire du burkini a remis en lumière, l’été dernier, la façon dont les politiciens de droite comme de gauche sont prêts à faire feu de tout bois pour détourner l’attention de l’opinion des problèmes essentiels du moment, par démagogie électorale. Cette récupération de la question du voile, de la burqa ou du burkini par des politiciens qui se moquent de l’oppression des femmes et ne sont laïcs que lorsqu’ils parlent de l’islam, est choquante. C’est une campagne raciste. Pour autant, en tant que militants communistes, nous sommes aussi des adversaires résolus de toutes les religions et de toute oppression, et l’actuelle campagne ne doit pas faire perdre aux révolutionnaires toute boussole. []

La galaxie de l’anti-islamophobie.

Depuis plusieurs années, une galaxie de groupes se donnant pour objectif la « lutte contre l’islamophobie » se développent et prennent diverses initiatives. Certains, comme l’UOIF (Union des organisations islamiques de France) ou PSM (Participation et spiritualité musulmanes), sont ouvertement des associations de prosélytisme religieux. D’autres se défendent d’être des organisations religieuses et se cachent derrière des revendications d’égalité, de lutte contre le racisme et contre l’islamophobie. C’est le cas du CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France), de Mamans toutes égales, du Collectif une école pour toutes, Féministes pour l’égalité, et plus récemment d’Alcir (Association de lutte contre l’islamophobie et les racismes). Le Parti des indigènes de la République (PIR) est aussi à ranger dans cette galaxie. [] Ces différentes initiatives se sont faites avec la participation ou le soutien de groupes ou partis de gauche (Attac, Ensemble, EELV) ou d’extrême gauche (anarchistes libertaires, antifas, NPA). Et le 18 décembre 2016 encore, a eu lieu une conférence internationale contre l’islamophobie et la xénophobie, à Saint-Denis, à laquelle appelaient conjointement le Parti des indigènes de la République et le NPA, et dont l’appel était signé par Olivier Besancenot et Tariq Ramadan. Des organisations obscurantistes et réactionnaires. []

Le « féminisme blanc ».

Une partie de l’extrême gauche, dans la foulée de la mouvance islamiste et du PIR, se débarrasse donc du féminisme d’un revers de la main en introduisant la notion, relativement nouvelle, de « féminisme blanc ». Les femmes qui interviennent dans les meetings que nous avons mentionnés se disent toutes féministes, mais d’un féminisme islamo-compatible, qui consiste à dire : « Je suis une femme, donc je fais ce que je veux, et si j’ai envie de me cacher derrière un voile cela ne regarde que moi. » C’est une nouvelle variante du relativisme culturel, qui affirme depuis bien longtemps déjà que, européens et impérialistes que nous sommes, nous n’aurions pas à juger des pratiques « culturelles » des autres pays, en particulier ceux qui ont été colonisés. []

La complaisance de l’extrême gauche.

Une partie de la « gauche de la gauche » organise avec ce milieu réactionnaire toutes sortes d’initiatives, leur ouvre ses colonnes ou discute doctement avec eux de leurs positions. [] Pour justifier leur indulgence pour l’islam politique, les divers groupes d’extrême gauche qui gravitent dans ce mouvement cherchent des justifications théoriques. [] Il est donc évidemment possible de lutter à la fois contre les discriminations racistes et contre la religion. C’est la raison pour laquelle le terme d’islamophobie nous a paru ambigu, et il l’est toujours par certains aspects, bien que le mot soit devenu d’usage courant. Nous rejetons et combattons les discriminations qui peuvent s’exercer à l’encontre des musulmans, parce que nous sommes pour la liberté de culte. Mais nous sommes athées, opposés à toutes les religions. Et l’équation, imposée par les islamistes et leurs amis, selon laquelle lutter contre la religion musulmane signifierait être raciste, est une escroquerie. []« 

Saliers (13) Arles, années 2000 (argentique) © PhI
Saliers (13) Arles, années 2000 (argentique) © PhI

création, 1.1.21

Rallumons les Lumières ! 2021 PhI © Laicite.fr Midi 9.12.20

Info Dernière décembre 2020

Infos rassemblées par des laïques, d’ici et d’ailleurs

Détail dans le Gard (A) 19.1.20 © PhI
Détail dans le Gard (A) 19.1.20 © PhI

1880-1905. Séparation de l’Église et de l’État. La guerre des CARICATURES, n° 889 Historia.fr janvier 2021, « Des années 1880 à 1905, année où est votée la loi sur la séparation des Églises et de l’État, la France a été le théâtre de confrontations souvent violentes. L’école devient l’épicentre de tensions sur la laïcité, la satire et la place de Dieu dans la République et les dessins incisifs de caricaturistes des deux camps fleurissent dans les journaux de l’époque. Pour déclencher le rire, mais aussi émouvoir ou indigner. C’est cette guerre des crayons et des images, menée au nom d’une liberté inscrite au cœur de nos principes républicains, qu’Historia vous raconte []« 

"plage la nuit" Piémanson 22.8.20 Salin-de-Giraud (13) Arles © PhI
« plage la nuit » Piémanson 22.8.20 Salin-de-Giraud (13) Arles © PhI

La Ligue contre le racisme et l’antisémitisme réagit aux inscriptions sur la mosquée de Beaucaire. 22.12.20 MidiLibre.fr Dans la nuit de samedi à dimanche, la porte de la salle de prière Al Salam, rue Lestchenko à Beaucaire, a été recouverte d’inscriptions racistes et haineuse (photo). « Dans la nuit de samedi à dimanche des inscriptions racistes ont été taguées sur la mosquée de Beaucaire. Dans la même nuit Miss Provence a fait l’objet d’un déchaînement de violences antisémites [et pro-nazies, NDLR] sur les réseaux sociaux alors qu’elle avait révélé les origines israéliennes de son père. ». « La Licra condamne avec la plus grande vigueur ces faits. La haine raciste antisémite, xénophobe ne semble plus connaître de trêve. Ces actes n’en finissent plus de mettre à l’épreuve les valeurs de la république, héritage des Lumières et qui fondent le Pacte Républicain. La Licra ne cédera rien à ceux qui attisent la haine de l’autre. »

Mouton noir et ciel bleu (04) Pierrerue 2.7.05 © PhI
Mouton noir et ciel bleu (04) Pierrerue 2.7.05 © PhI

La Justice européenne (CJUE) conforte l’interdiction d’abattage d’animaux sans étourdissement, 17.12.20 RTBF.be (Belgique) Belga. « La Cour de Justice de l’Union européenne a donné raison jeudi aux régions flamande et wallonne qui ont interdit, en 2017, l’abattage d’animaux sans étourdissement préalable, ce que contestaient des associations juives et musulmanes. « Afin de promouvoir le bien-être animal dans le cadre de l’abattage rituel, les États membres peuvent, sans méconnaître les droits fondamentaux consacrés par la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, imposer un procédé d’étourdissement réversible et insusceptible d’entraîner la mort de l’animal », a affirmé la Cour dans un communiqué publié après son arrêt rendu ce jeudi. Ce faisant, les juges de Luxembourg sont allés à l’encontre de l’avis de l’avocat général qui, le 10 septembre dernier, avait considéré qu’interdire l’abattage d’animaux sans étourdissement, y compris pour les méthodes particulières d’abattage prescrites par des rites religieux, n’était pas autorisé par le droit de l’Union européenne.« 

18.10.20 Arles 2e jour avec Samuel Paty. Laicitefr Midi © PhI
18.10.20 Arles 2e jour avec Samuel Paty. Laicitefr Midi © PhI

Henri Peña-Ruiz : « Lettre ouverte à mon ami Régis Debray » 21.12.20 Marianne.net « Dans sa nouvelle chronique, le philosophe Henri Peña-Ruiz répond au Tract de Régis Debray « France laïque. Sur quelques questions d’actualité ». Un texte dans lequel ce dernier interroge le rapport de la France à la laïcité, « à l’occasion de récentes et écœurantes atrocités ». La lecture de ton « tract » intitulé « France Laïque » (Gallimard) me laisse perplexe et triste. Permets-moi d’abord un commentaire sur le titre. France laïque ? Soit. Mais la laïcité n’est-elle que française ? Je ne peux imaginer que tu l’assignes ainsi à résidence. D’ailleurs la France n’est pas laïque à cent pour cent. Le concordat d’Alsace-Moselle met à la charge de tous les contribuables du pays les salaires des prêtres, des rabbins et des pasteurs des trois départements restés concordataires. C’est anachronique et cela déroge à l’indivisibilité de la République. Quant à la loi Debré de 1959, elle détourne des milliards vers des écoles privées pour l’essentiel catholiques. Cela ne te dérange pas ? Moi si. Surtout quand les services publics, d’intérêt général, sont en déshérence faute de moyens. Ces deux exemples montrent que l’Eglise, en principe dévolue au spirituel, ne renonce pas aux privilèges temporels. L’argent public a une origine universelle : l’impôt commun. Sa seule destination légitime doit donc être également universelle. Vouloir supprimer les privilèges, comme ce fut fait le 4 août 1789, dont entre autres l’impôt ecclésiastique (la dîme), ce n’est pas de l’athéisme militant, mais un simple voeu d’égalité républicaine. []« 

Détail dans le Gard (A) 19.1.20 © PhI
Détail dans le Gard (A) 19.1.20 © PhI

A l’occasion de la journée de la Laïcité du 9 décembre, 4.12.20 FranceCulture.fr, « Dispositif spécial à l’antenne, sur le site et les réseaux sociaux de France Culture, mercredi 9 décembre. « Article 1 : La République assure la liberté de conscience. Elle garantit la liberté des cultes (…) ». Le 9 décembre 1905, la loi concernant la séparation des Eglises et de l’Etat est promulguée. Elle entrera en vigueur le 1er janvier 1906. Comme chaque année, le 9 décembre est l’occasion d’une commémoration officielle de la loi, rendue particulièrement sensible à la suite de l’assassinat de Samuel Paty le 16 octobre dernier. A cette occasion, France Culture propose un dispositif fort et original, dédié à tous les publics de la radio et tourné particulièrement vers les nouvelles générations avec un podcast inédit : « Ils ont pensé la laïcité », une vidéo pédagogique sur la loi de 1905 et plusieurs émissions exceptionnelles. Le Podcast : « Ils ont pensé la laïcité ». Voltaire, Victor Hugo, Georges Clémenceau, Aristide Briand, Jean Jaurès, Mustafa Kemal Atatürk … ce podcast dresse le portrait de six figures clés dans l’histoire de la pensée et de l’exportation de la laïcité []« 

Rallumons les Lumières ! 2021 PhI © Laicite.fr Midi 9.12.20
Rallumons les Lumières ! 2021 PhI © Laicite.fr Midi 9.12.20

Laïque » s’oppose à « clerc » et à « clérical », et non à « religieux », ni même à « confessionnel ».» Ina.fr sur Facebook, Les chroniques d’Alain Rey sur France Inter étaient toujours des moments d’intelligence. Chaque matin, le linguiste s’emparait d’un mot, le décortiquait. Et aiguisait notre regard sur l’actualité. Le 22 octobre 2003, il s’attaquait au mot «laïcité». A écouter, ré-écouter.

  • Revue(s) La Calotte, revues anticléricales illustrées (et antireligieuses), Marseille & Paris
La Calotte, revue anticléricale, coll. Laicite.fr
La Calotte, revue anticléricale, coll. Laicite.fr

L’école n’est pas la mosquée ou l’église, elle est le lieu du savoir et de l’esprit critique.” Fatima Bourhila.

On va à l’école pour développer sa raison, pour réfléchir par soi-même, pour développer une pensée autonome.” Élisabeth Badinter (femme de lettres, philosophe, féministe française)

Citées par notre amie libre-penseuse Roselyne (13) sur Facebook

Arles 17.10.20 avec Samuel Paty Laicite.fr Midi © PhI
Arles 17.10.20 avec Samuel Paty Laicite.fr Midi © PhI

Aux racines de la laïcité, cette passion très française à l’histoire tourmentée, Claire Legros LeMonde.fr [abonnés] 4 & 6.12.20. Enquête. Des batailles philosophiques des Lumières aux déchirures de la IIIe République, l’histoire agitée de ce principe constitutionnel, pilier de la République depuis la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, éclaire les vifs débats d’aujourd’hui. C’est une nouvelle séquence qui doit s’ouvrir le 9 décembre 2020 pour la laïcité française, avec la présentation en conseil des ministres du projet de loi « confortant les principes républicains », jusque-là appelée « loi contre le séparatisme ». Cent quinze ans jour pour jour après la promulgation de la loi qui consacra la séparation des Eglises et de l’Etat, Emmanuel Macron veut imprimer sa marque sur ce pilier de la République, érigé depuis 1946 en principe constitutionnel et auquel les Français demeurent profondément attachés – pour 78 % des personnes interrogées en janvier 2020, la laïcité « fait partie de l’identité de la France », selon le baromètre annuel de l’Observatoire de la laïcité – mais qui suscite, dans une large partie du monde, de nombreuses incompréhensions [] l’attachement au principe masque des confusions mais aussi des désaccords profonds. « Il y a une sorte d’évidence de la laïcité qui se traduit par un phénomène d’incantation et une méconnaissance à l’origine de malentendus, parfois entretenus par des “malentendants” hostiles à la laïcité », affirme la philosophe Catherine Kintzler, autrice de « Penser la laïcité », éd. Minerve, qui défend « l’application d’une laïcité stricte, héritée des Lumières » []« 

Rassemblement Hommage à S. Paty Arles 17.10.20 © PhI
Rassemblement Hommage à S. Paty Arles 17.10.20 © PhI

Liberté, égalité, laïcité, 9.12.20 FranceCulture.fr (4 mn) Le Journal des Idées, Jacques Munier. C’est le jour anniversaire de la loi de 1905, dite de « séparation des Églises et de l’État ». En prélude à la journée spéciale « laïcité » sur France Culture, tour d’horizon sur une notion qui fait débat. Un débat qui fait rage, souvent binaire et réducteur. Ce n’est pas nouveau : à l’époque de la loi de séparation, parmi les divers courants et conceptions de la laïcité, il y avait de nombreux anticléricaux pour « bouffer du curé ». Il est vrai que les crimes barbares perpétrés au nom d’un islamisme radical ne sont pas de nature à l’apaiser. Le moment est aussi politique : la présentation, aujourd’hui, en conseil des ministres du projet de loi « confortant les principes républicains », dont Le Monde indique qu’il a été « rééquilibré » en fonction des sensibilités opposées qui s’expriment à l’intérieur même du parti majoritaire. Face à la ligne « dure » qui prévaut, le projet devrait prendre en compte les propositions émanant de l’aile modérée : « lutter contre les discriminations à l’embauche, créer une formation universelle à la laïcité pour les enseignants… ». Ou celle de la députée Laetitia Avia : les agents publics, protégés à travers l’article 25 de la loi, seraient en retour « soumis à des sanctions plus sévères s’ils se rendaient coupables de délits racistes ». []« 

Arles place de la République 17.10.20 avec Samuel Paty Laicite.fr Midi © PhI
Arles place de la République 17.10.20 avec Samuel Paty Laicite.fr Midi © PhI

création, 1.12.20