Voile, école, marques, dévoilée © PhI Laicite.fr

Sorties Scolaires

Sorties, Accompagnants Scolaires et Neutralité Laïque…

Laïcité & Sorties Scolaires

Chateaurenard (13). En février 2017, Le député-maire Bernard Reynès interpelle la ministre de L’Education Nationale N.V-B. à propos de l’action de l’association CCIF (fondamentaliste) sur la présence de parents accompagnants de sorties scolaires… (courriers que le député nous a envoyé en mars 2017)

Sorties Scolaires. « Texte de Eddy Khaldi, président de la Fédération nationale des DDEN (délégués départementaux de l’éducation nationale)sur le port de signes religieux par les accompagnateurs de sorties scolaires. Propos tenus, en audition, au Sénat devant la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication le 16 oct. 2019. La nature de la sortie scolaire n’est-elle pas, avant tout une activité d’enseignement ? C‘est bien de la nature de l’activité dont il est question pour une sortie scolaire. C’est ici une activité d’enseignement comme l’indique la Circulaire n°99-136 du 21 septembre 1999 relative à l’organisation des sorties scolaires. Avant de s’arrêter sur l’accompagnant des sorties scolaires, remarquons qu’on ne peut circonscrire et attribuer exclusivement à une « maman » voire à un parent l’encadrement de cette activité plus largement ouverte à tout citoyen bénévole. Les parents n’ont pas l’apanage de l’accompagnement des activités et des sorties scolaires. Cet accompagnant n’est pas mandaté par son association de parents d’élèves, il est choisi et désigné par l’enseignant et la directrice ou le directeur de l’école . Cet accompagnant est sous l’autorité de l’équipe éducative. Il doit respecter toutes les consignes de cette activité qui se déroule dans un cadre scolaire. C’est effectivement une activité d’enseignement. Notre Fédération de DDEN propose d’encadrer cette activité d’enseignement avec une charte de l’accompagnateur. Rappelons aussi notre motion du Congrès de Rennes et notre communiqué de septembre 2019 […] » [Lire la SUITE]

L’État  protège la liberté de conscience des élèves

« Tribune. Accompagnatrices Scolaires, sortir de la Confusion et de l’émotivité » 6.11.19, LeFigaro.fr & 8.11.19 UFAL.org.

Tribune. « […] Pourtant, rappelons que l’article L.141-5-2 du code de l’éducation s’applique aussi « hors les murs » : « L’État protège la liberté de conscience des élèves. Les comportements constitutifs de pressions sur les croyances des élèves ou de tentatives d’endoctrinement de ceux-ci sont interdits dans les écoles publiques et les établissements publics locaux d’enseignement, à leurs abords immédiats et pendant toute activité liée à l’enseignement. » […] »

Les signataires de cette tribune sont : Catherine Kintzler, philosophe ; Elisabeth de Fontenay, philosophe ; Sabine Prokhoris, philosophe et psychanalyste ; Fatiha Agag-Boudjahlat, enseignante, essayiste, féministe universaliste pour la laïcité ; Charles Arambourou, magistrat honoraire, militant laïque (UFAL) ; Laurent Bouvet, cofondateur du Printemps républicain, professeur de science politique ; Martine Cerf, secrétaire générale d’Égalité Laïcité Europe (EGALE) ; Marieme Hélie Lucas, sociologue, directrice du réseau « Secularism Is a Women’s Issue » ; Liliane Kandel, sociologue ; Eddy Khaldi, président de la Fédération nationale des délégués départementaux de l’Éducation nationale (DDEN) ; François Rastier, linguiste, directeur de recherches au CNRS ; et Jean-Pierre Sakoun, président du Comité Laïcité République.

Toiles d'araignée (04) Ste-Croix-à-Lauze 9.13 © PhI
Toiles d’araignée (04) Ste-Croix-à-Lauze 9.13 © PhI

DDEN : définition, Wikipédia – présentation, SNU-IPP

« Laïcité : quand Nicolas Sarkozy s’opposait à une loi pour interdire le voile à l’école, 29.10.19 PublicSenat.fr Alors que le Sénat examine une proposition de loi visant à interdire le port du voile dans les sorties scolaires, retour sur le débat autour de la loi de 2004 interdisant les signes religieux ostensibles à l’école. A l’époque, Nicolas Sarkozy y était opposé […] »

  • Big bazar. Voile : signal faible, trouble fort, Matthieu Deprieck, Ivanne Trippenbach, lopinion.fr, 16.10.19. Entre l’appel d’Emmanuel Macron à basculer dans une « société de vigilance » et la énième polémique sur le port du voile lors des sorties scolaires, la majorité cherche à garder la tête froide pour éviter toute stigmatisation des musulmans… »

EN, des Textes

REMERCIEMENTS pour leurs questionnements et leurs apports de textes : aux franciliens Eddy Khaldi & Catherine Kintzler, aux Beaucairoises CL & VE…

Nicolas Cadène, 15.10.19, FB. « On passe donc d’une mère accompagnatrice bénévolese faisant humiliée par le FN/RN devant son enfant et sa classe, en public (simplement parce que musulmane portant un voile, en toute légalité en l’espèce) à une série de propositions de loi émanant de personnalités diverses qui vise rien moins qu’à imposer la neutralité de toutes et tous partout, sauf chez soi (c’est-à-dire, imposer la neutralité absolue dans les entreprises, dans la rue, dans la nature, etc. : certaines propositions sont déjà déposées sur les bureaux de l’Assemblée nationale ou du Sénat). Cette dérive est grave et liberticide. Il faut le dire clairement : alors même que la laïcité est invoquée sans cesse, cela serait totalement contraire à notre laïcité. La laïcité, ce n’est pas la neutralité de toutes et tous partout, ce n’est pas l’interdiction d’avoir ou d’exprimer des convictions religieuses ou non, c’est le cadre commun qui permet à chacun d’exprimer des convictions différentes pourvu que chacun respecte l’ordre public et n’impose rien à autrui. C’est la neutralité uniquement de ceux qui exercent une mission de service public, en conséquence de la séparation entre l’administration publique et les organisations religieuses. Or, tout est aujourd’hui confondu : laïcité et neutralité, loi de 1905 et loi de 2004, voire loi de 2010, etc. Il ne faudrait pas oublier pourquoi a été conçue notre laïcité : parce que notre pays a trop longtemps connu les guerres de religion, les persécutions de minorités, puis les discriminations à leur encontre. Dans notre République laïque, il n’y a pas de majorité qui s’opposerait à des minorités, il n’y a que des citoyennes et citoyens à égalité de droits et de devoirs. Arrêtons de céder aux surenchères, et concentrons-nous sur les vrais problèmes en la matière : formation des acteurs de terrain pour une meilleure connaissance puis application de la loi, politiques publiques pour renforcer la mixité sociale empêchant les replis, soutien aux services publics partout sur le territoire, renforcement des sanctions encourues lorsque les exigences minimales de la vie en société sont mises à mal, etc. Hier, j’ai été interviewé une dizaine de fois à la télévision ou à la radio (lorsqu’il y a des polémiques, on nous appelle. Malheureusement, tel n’est pas le cas lorsque nous avons de belles actions de terrain à évoquer…). J’espère au moins que cela aura permis de rappeler à certains ce que signifie réellement « laïcité » et « République laïque ». (Et, de citer ses interventions sur les media LCI, France Info, Public Sénat, Sud Radio, Libération, 20 minutes, Le Monde, France Inter) »

Voile, école, marques, dévoilée © PhI Laicite.fr
Voile, école, marques, dévoilée © PhI Laicite.fr

« Témoignage. « Si stigmatisation il y a, c’est à l’encontre de la laïcité, 10.11.19 lexpress.fr, Amandine Hirou. Hanane Pernel raconte comment l’école de la République l’a aidée à se « réaliser pleinement, en tant que femme ». Et crie son attachement viscéral à la laïcité. Les récents débats autour de la laïcité à l’école ont encouragé Hanane Pernel à prendre la plume. Cette auxiliaire de puériculture, qui a quitté son Maroc natal pour la France à l’âge de 13 ans, livre à L’Express son histoire. Même si elle a arrêté l’école à 16 ans, « rattrapée par l’obscurantisme familial », elle aura hérité de cette « petite graine » qui l’aidera à s’émanciper et à « se réaliser pleinement en tant que femme ». Un droit précieux que cette mère de famille s’attache aujourd’hui à défendre. […] Je suis tellement surprise de constater les réclamations permanentes de certaines familles concernant les repas sans porc et même désormais les repas hallal. L’an passé, en accord total avec l’équipe enseignante de l’école,j’ai appuyé et soutenu la volonté de demander aux parents accompagnateurs de sorties scolaires la neutralité religieuse et d’opinion dans leur aspect vestimentaire en étant tout à fait consciente que dans mon quartier, cela s’adressait plus particulièrement aux mères d’élèves voilées. Cet ajout au règlement de l’école, voté très majoritairement par le conseil d’école a bien sûr, suscité un vif émoi, émoi provoqué par l’action de 2 parents d’élèves. Lorsqu’il fut question pour ces mamans de rallier le soutien des parents, quelle ne fut pas leur surprise de constater que, malgré mon aspect méditerranéen et mon prénom, mes réponses étaient claires sur ce sujet : J’approuvais totalement cet ajout au règlement de l’école. Après tout ce que j’avais vécu pour m’en sortir, je me voyais rattrapée par ce voile promu désormais par les femmes elles-mêmes. […] »

vigne, cep, grappe 2011-2015 Vaucluse © PhI
vigne, cep, grappe 2011-2015 Vaucluse © PhI

Gauche, de touche pas à mon pôte à touche pas à mon voile. PRG PartiRadicalDeGauche.fr 20.10.19 « #PasAuNomDeMaGauche, Tribune Libre, Guillaume Lacroix, président du PRG-le Centre Gauche. Il était universaliste ce concert de 1985, où SOS racisme brandit la main fraternelle du « touche pas à mon pote ». Il marqua toute une génération.[…] C’est la gauche qui fit 1905. C’est la gauche qui fit « touche pas à mon pote ». Deux fiertés. Elle ne peut confondre les deux au nom de son identité républicaine. Une identité républicaine pour corriger ses propres dérives. Une identité républicaine pour affirmer la laïcité et l’égalité comme deux piliers fondamentaux. Une identité républicaine pour ne rien oublier ni pardonner, non plus, des fautes de la France à l’égard de ceux qui sont pleinement nos concitoyens aujourd’hui. Non, au nom de ma gauche républicaine, « touche pas à mon pote » ne peut pas devenir « touche pas à mon voile ». (Lire Tout)

www.laicite.fr/laiq-info 4.19 bando
www.laicite.fr/laiq-info 4.19 bando

Voir Aussi sur Info Dernière, nov. 2019 et oct. 2019

création, octobre 2019

Chardon bleu (06) Andon, août 2012-2016 © PhI

Info Dernière, novembre 2019

Brèves infos glanées par des laïques..

« Nîmes. Une matinée pour décrypter la laïcité, 17.11.19,
 
ObjectifGard.com Anthony Maurin. L’Union régionale des associations familiales du Languedoc-Roussillon invite Henri Peña-Ruiz, écrivain et philosophe, pour une conférence-débat consacrée à la laïcité, sujet majeur de l’actualité, le mercredi 20 novembre [10 h, salle de Conférence, au siège de l’UDAF Gard 152, rue Gustave Eiffel, ZI de Grézan 30034 Nîmes Cedex 1. Tél. 04 66 02 17 33, www.udaf30.fr]. Matinale à l’UDAF 30 avec L’URAF Languedoc-Roussillon reçoit Henri Peña-Ruiz, philosophe et écrivain le mercredi 20 novembre. […] »

Soeurs d’Armes« … Certes fiction, le film n’est assurément pas lunaire. Et c’est malheureusement la réalité de l’absurdité de la barbarie des islamistes de Daech qui est décrite. C’est tout de même ça le fond du film. Les pisseurs d’encriers des beaux quartiers parisiens aux pieds plats et autres enfumés relativistes de l’islam politique se focalisent sur Caroline Fourest pour déverser leur haine mais n’ont aucune compassion pour le martyr des Yazidis et la descente des populations dans les horreurs de l’Etat Islamique. Le film est poignant. Il est très bien filmé. Les paysages sont beaux et bien mis en valeur. Les scènes d’horreur sont difficiles à supporter mais sans voyeurisme gore. Les scènes de combat et de guerre sont très réalistes et non rien de conforme avec les pastiches de Hollywood. […] » N. Pomiès, UFAL.org – nov. 2019

  • Barème de AlloCine.fr (une à 5 étoiles) : « Soeurs d’Armes » a obtenu 3 étoiles ou plus, de Paris Match, Charlie Hebdo, Cnews, l’Express, Marianne, Marie-Claire, Ouest France, Première et Voici. (vu 18.11.19).
  • Film « Soeurs d’Armes » : quotidien 20 minutes ; AlloCiné
  • « Sœurs d’Armes : un beau film de guerre féministe, Laure Daussy CharlieHebdo.fr 18.10.19, D’habitude, on fait rarement des critiques de films, mais là, à lire la hargne avec laquelle certains critiques s’acharnent sur le film de Caroline Fourest, très loin de notre ressenti en sortant du film, on s’est dit, nous aussi on va donner notre avis. C’est un film de guerre féministe, et à ce titre, c’est jubilatoire. Sans oublier l’hommage magnifique aux combattantes kurdes. […] »
bando Expo Femmes du Monde 3.19 FS+UFAL Arles
bando Expo Femmes du Monde 3.19 FS+UFAL Arles

Laïcité

Sorties Scolaires

  • Chateaurenard (13). En février 2017, Le député-maire Bernard Reynès interpelle la ministre de L’Education Nationale N.V-B. à propos de l’action de l’association CCIF (fondamentaliste) sur la présence de parents accompagnants de sorties scolaires… (courriers que le député nous a envoyé en mars 2017)

Témoignage. « Si stigmatisation il y a, c’est à l’encontre de la laïcité, 10.11.19 lexpress.fr, Amandine Hirou. Hanane Pernel raconte comment l’école de la République l’a aidée à se « réaliser pleinement, en tant que femme ». Et crie son attachement viscéral à la laïcité. Les récents débats autour de la laïcité à l’école ont encouragé Hanane Pernel à prendre la plume. Cette auxiliaire de puériculture, qui a quitté son Maroc natal pour la France à l’âge de 13 ans, livre à L’Express son histoire. Même si elle a arrêté l’école à 16 ans, « rattrapée par l’obscurantisme familial », elle aura hérité de cette « petite graine » qui l’aidera à s’émanciper et à « se réaliser pleinement en tant que femme ». Un droit précieux que cette mère de famille s’attache aujourd’hui à défendre. […] Je suis tellement surprise de constater les réclamations permanentes de certaines familles concernant les repas sans porc et même désormais les repas hallal. L’an passé, en accord total avec l’équipe enseignante de l’école, j’ai appuyé et soutenu la volonté de demander aux parents accompagnateurs de sorties scolaires la neutralité religieuse et d’opinion dans leur aspect vestimentaire en étant tout à fait consciente que dans mon quartier, cela s’adressait plus particulièrement aux mères d’élèves voilées. Cet ajout au règlement de l’école, voté très majoritairement par le conseil d’école a bien sûr, suscité un vif émoi, émoi provoqué par l’action de 2 parents d’élèves. Lorsqu’il fut question pour ces mamans de rallier le soutien des parents, quelle ne fut pas leur surprise de constater que, malgré mon aspect méditerranéen et mon prénom, mes réponses étaient claires sur ce sujet : J’approuvais totalement cet ajout au règlement de l’école. Après tout ce que j’avais vécu pour m’en sortir, je me voyais rattrapée par ce voile promu désormais par les femmes elles-mêmes. […] »

L’État protège la liberté de conscience des élèves

Pourtant, rappelons que l’article L.141-5-2 du code de l’éducation s’applique aussi « hors les murs » : « L’État protège la liberté de conscience des élèves. Les comportements constitutifs de pressions sur les croyances des élèves ou de tentatives d’endoctrinement de ceux-ci sont interdits dans les écoles publiques et les établissements publics locaux d’enseignement, à leurs abords immédiats et pendant toute activité liée à l’enseignement. » […]

  • Les signataires de cette tribune sont : Catherine Kintzler, philosophe ; Elisabeth de Fontenay, philosophe ; Sabine Prokhoris, philosophe et psychanalyste ; Fatiha Agag-Boudjahlat, enseignante, essayiste, féministe universaliste pour la laïcité ; Charles Arambourou, magistrat honoraire, militant laïque (UFAL) ; Laurent Bouvet, cofondateur du Printemps républicain, professeur de science politique ; Martine Cerf, secrétaire générale d’Égalité Laïcité Europe (EGALE) ; Marieme Hélie Lucas, sociologue, directrice du réseau « Secularism Is a Women’s Issue » ; Liliane Kandel, sociologue ; Eddy Khaldi, président de la Fédération nationale des délégués départementaux de l’Éducation nationale (DDEN) ; François Rastier, linguiste, directeur de recherches au CNRS ; et Jean-Pierre Sakoun, président du Comité Laïcité République.

« Algérie: des femmes en campagne contre le port du voile. francetvinfo.fr 16.2.19 Sous le hashtag « Les prisonnières du voile en Algérie », des femmes de ce pays dénoncent, sur les réseaux sociaux, le port du hijab comme instrument d’oppression. Elles ont le soutien de l’écrivaine et conférencière Djemila Benhabib qui explique à franceinfo Afrique la genèse de cette campagne. Algérie: des femmes en campagne contre le port du voile. Sous le hashtag « Les prisonnières du voile en Algérie », des femmes de ce pays dénoncent, sur les réseaux sociaux, le port du hijab comme instrument d’oppression. Elles ont le soutien de l’écrivaine et conférencière Djemila Benhabib qui explique à franceinfo Afrique la genèse de cette campagne […] »

vigne effeuillée, Vaucluse © PhI, 2012, etc
vigne effeuillée, Vaucluse © PhI, 2012, etc

Big bazar. Voile : signal faible, trouble fort, Matthieu Deprieck, Ivanne Trippenbach, lopinion.fr, 16.10.19. Entre l’appel d’Emmanuel Macron à basculer dans une « société de vigilance » et la énième polémique sur le port du voile lors des sorties scolaires, la majorité cherche à garder la tête froide pour éviter toute stigmatisation des musulmans… »

  • Exégèse. Femme voilée au Conseil régional: une polémique et des questions, Marie-Amélie Lombard-Latune, lopinion.fr 16.10.19. Après l’incident qu’il a provoqué face à une femme voilée présente au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, l’élu RN Julien Odoul continue de dénoncer une « provocation salafiste ​». Retour sur les faits vendredi à Dijon… Depuis vendredi, la photo de Fatima prenant son fils dans ses bras en plein Conseil général a enflammé – Twitter © Sipa Press »
Voile, école, marques, dévoilée © PhI Laicite.fr
Voile, école, marques, dévoilée © PhI Laicite.fr

Polémique. Accompagnatrices scolaires voilées : à l’Assemblée, Edouard Philippe tente de recadrer le débat, l’Opinion vidéos 15.10.19 « Interpellé à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a haussé le ton au sujet de la polémique lancé par Julien Odoul (RN) concernant le voile pour les accompagnatrices scolaires. Pour Edouard Philippe, «ce n’est pas un enjeu»… »

Laïcité, etc.

« Le concept d’islamophobie nous ramène deux siècles et demi en arrière, Alban Ketelbuters, LeMondeDesReligions.fr, 13.11.19. Pour Alban Ketelbuters*, l’intimidation de la population à propos d’une croyance religieuse fait le jeu de ses fidèles les plus sectaires. En 2011, à Paris, l’auteur hispano-argentin Rodrigo Garcia met en scène la pièce Golgota Picnic. Furieux de savoir que Jésus de Nazareth, leur Messie, y est représenté comme un fou, deux milliers de catholiques intégristes manifestent alors pour dénoncer la « christianophobie » à l’œuvre, quelques semaines après que des fanatiques de l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet ont protesté devant le Théâtre de la Ville contre la pièce « blasphématoire » de l’Italien Romeo Castellucci Sur le concept du visage du fils de Dieu, déroulée sous bonne garde policière. À l’époque, le Parti de gauche, le Parti communiste et le Nouveau parti anticapitaliste organisent une contre-manifestation dans le quartier latin pour protester contre « l’ordre moral ». […] »

  • A propos de 1905 (encore) ! 5.2.08 www.republicains-laiques-audois.org (ex-site) « […] Nous voudrions voir afficher une laïcité moins manipulée et plus éclairante sur les libertés, de façon attractive, et moins apparaître en contre, en anti… Plus de réalisme, moins d’hypocrisie, plus de volonté de transcender les clivages politiques, plus d’affirmation de cette valeur dont nous sommes les héritiers, dont nous devons montrer que nous sommes toujours capables de la porter et de la développer vers le futur. », Raymond Beltran, www.societe-laique.eu (ex-site)…

« Préfecture de police de Paris: une manifestation de soutien au terroriste provoque l’indignation. Hadama Traoré, le «candidat des banlieues», organise ce jeudi un rassemblement contesté à Gonesse. Stéphane Kovacs, 8.10.19, leFigaro.fr – «C’est une honte, un véritable scandale!» La tenue d’une manifestation en faveur du terroriste Mickaël Harpon, ce jeudi, à Gonesse, crée un vif émoi. […] »

« Les extrêmes-droite, nationaliste et ultra-religieuse (« rasée » et « barbue »), s’entrainent avec leurs provocations réciproques, chacune réagit aux provocations de l’autre ! La réaction de chacune des deux, aux provocations de l’autre, permet à chacune de faire progresser son audience. L’extrême-droite nationaliste, RN ex-FN, et autres, provoquent, les « Barbus », leurs alliés et des « idiots utiles » réagissent. Et, à l’inverse, les « Barbus » provoquent, RN et ultra-droite réagissent. Et, cela bénéfice à chaque camp, opposés, mais rassemblés par leur propre intérêt boutiquier. Chaque camp, est l’allié objectif de l’autre, en réagissant aux provocations de l’autre, s’y nourrit et prospère grâce à lui !!! » 10.11.19 – Ida Vidal (38) Vizille

Toiles d'araignée (04) Ste-Croix-à-Lauze 9.13 © PhI
Toiles d’araignée (04) Ste-Croix-à-Lauze 9.13 © PhI
  • « La Leçon de Malicornay (36), Le fait religieux pris en otage. René Nouailhat, éd. l’Harmattan 15.2.19, , coll. Histoire Textes Sociétés, pp. 25,50 €
  • Nouilhat, universitaire, auteur (13) Fontvieille, René Nouailhat, Wikipédia
  • « Instituteur de Malicornay dans l’Indre : une nouvelle bataille judiciaire, 25.10.19 LaNouvelleRepublique.fr, L’Éducation nationale demandait la suspension de la réintégration de l’instituteur, elle a été déboutée. L’Éducation nationale a fait appel de la décision du tribunal administratif qui a annulé la sanction pour “ manque neutralité ” vis-à-vis de la religion. En septembre dernier, Mathieu Faucher attendait encore sa lettre de mission qui devait le réintégrer à l’école de Malicornay. L’enseignant avait été suspendu de sa fonction dans sa classe de CM1-CM2 depuis février 2017 puis muté d’office. En cause, une lettre anonyme qui avait conduit à une visite d’un inspecteur de l’académie sur la question de « non-respect de la neutralité vis-à-vis de la religion ». « Je ne sais pas où ils veulent aller. « L’enseignant a fait étudier en cours des textes tirés de la Bible, fait visionner un extrait du film « L’Évangile selon Saint Mathieu » du réalisateur Pasolini « et je n’ai jamais fait voir le film “ Théorème ” ! » répète l’enseignant.[…]

« Qui est la déesse de la justice ? 31.8.12 ViePublique.fr Les symboles de la justice. Qui est la déesse de la justice ? Que représentent le glaive et la balance ? À quoi sert le rituel judiciaire ? Il est possible de rattacher symboliquement la justice à plusieurs filiations divines, selon les cultures ou les religions auxquelles on se réfère. […] »

vigne, cep, grappe 2011-2015 Vaucluse © PhI
vigne, cep, grappe 2011-2015 Vaucluse © PhI

La lutte contre les sectes a-t-elle du plomb dans l’aile ? Les associations s’inquiètent de la dissolution, confirmée hier, de la Miviludes. laProvence.com, Marseille 2.10.19 Delphine Tanguy. Didier Pachoud anime le GEMPPI, une association de lutte contre les sectes soutenue par la MIVILUDES. Elle a conçu une formation qui fera bientôt l’objet d’un partenariat avec Aix-Marseille université. C’est un service unique au monde qui ferme ses portes. Hier, France Inter a révélé ce que les associations pressentaient avec inquiétude depuis des mois : au 1er janvier 2020, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contres les dérives sectaires (Miviludes), qui n’avait déjà plus de président depuis le départ en retraite de Serge Blisko, voici un an, ne sera plus rattachée au Premier ministre. Seuls 3 ou 4 de ses fonctionnaires seront « absorbés » au sein du ministère de l’Intérieur et fusionnés avec le secrétariat général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (SG-CIPDR). « C’est signer la mort de la Miviludes », a déclaré, consterné, l’ancien député LR Georges Fenech [….] »

Transport

  • Suppression du Bus LER 18 régional Arles-Tarascon-Avignon TGV (Sud PACA), des usagers de Tarascon, d’Arles et d’Avignon, avec l’UFAL Familles Laïques, protestent auprès du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur (Sud PACA), avec le soutien de la mairie de Tarascon, des conseillers départementaux, Lucien Limousin (LR Tarascon) et Nicolas Koukas ( PCF  Arles), et de l’ADU-GARE d’Arles… Article dans laProvence.com 29.8.19.
Chardon bleu (06) Andon, août 2012-2016 © PhI
Chardon bleu (06) Andon, août 2012-2016 © PhI

Campagne

On la voyait depuis toujours / Cette fleur agressive à l’entour / Mais jamais on l’avait vue pareille / A l’œil émoustillé la voilà merveille… / Candide, elle émanait l’amour, / Au bleu d’acier presque velours, / Et comme tricotée d’une soie fine / Elle avait un charme, une grâce divine. / Jamais on n’eût vu plus beau chardon / Son élégance mériterait une chanson… (Beau Chardon, texte écrit par Eliane Mévouillon le 19.08.12 Facebook, (04) Manosque)

Elevage avicole (04) Allemagne-en-Provence / St-Martin-de-Brômes 26.3.17 © PhI
Elevage avicole (04) Allemagne-en-Provence / St-Martin-de-Brômes 26.3.17 © PhI

Elections Municipales

Beaucaire (30)

  • « Beaucaire. Une nouvelle liste pour les municipales, ObjectifGard.com, 30.10.19. À l’approche des prochaines élections municipales, en mars prochain, une nouvelle liste veut se former avec le rassemblement Beaucaire en commun (BEC). Ce rassemblement se présente donc comme : « un groupe de citoyens engagés, en rupture totale avec les politiques clientélistes et/ou xénophobes menées dans notre ville de Beaucaire depuis près de 40 ans ». Leur but est de rassembler tous les Beaucairois, quels que soient leur âge, leurs origines ou encore leurs conditions sociales. […] Le rassemblement veut enfin faire : « revivre les vraies valeurs de gauche que sont la liberté, l’égalité, la fraternité, la souveraineté populaire, la laïcité, l’altruisme, le développement durable, la justice sociale, le service public… ». »
Chardon (06) Andon & (04) Valensole © PhI
Chardon (06) Andon & (04) Valensole © PhI

Tarascon (13)

Concurrence à l’extrême-droite, un candidat RN face à l’ex-FN V. Laupies. « Municipales 2020 : Jean-Guillaume Remise, candidat RN à Tarascon, 12.11.19 laProvence.com, Julia Razil. Le parti à la flamme a dévoilé hier soir celui qu’il a missionné pour briguer le fauteuil de maire, occupé par Lucien Limousin. Jean-Guillaume Remise (à gauche), 41 ans, aujourd’hui conseiller régional du groupe RN d’Occitanie a été présenté hier par Laurent Jacobelli, responsable de la fédération RN des Bouches-du-Rhône. Face à Valérie Laupies (déjà déclarée) et à possiblement Lucien Limousin, la connaissance du terrain ne sera, à coup sûr, pas son point fort, lui qui habite à Tarascon depuis cinq mois seulement. Mais Jean-Guillaume Remise, le candidat qui mènera la liste du Rassemblement national aux prochaines municipales, l’assume totalement. « On n’est jamais seul, il y a des gens qui vivent depuis plus longtemps ici et qui seront sur la liste », se défend celui qui s’est déclaré hier soir devant la presse.Ce jeune quadra (41 ans), s’il est inconnu des Tarasconnais, ne l’est pas des militants du parti de Marine Le Pen – laquelle l’a mandaté « personnellement » pour candidater – qu’il a rejoint voilà 12 ans, après un passage éclair au RPF (Rassemblement pour la France) […] »

Beaucaire (30) vu d'un canal 2.12.14 bando (c) PhI
Beaucaire (30) vu d’un canal 2.12.14 © PhI

création, 1.11.19