Tous les articles par Philippe Isnard

Hyères (83) carte et bords de mer 23 & 24.2.19 © PhI

Hyères

Quelques images (et textes) d’une ville du Var aux sept mille palmiers, touristique et agricole (fleur, vigne, palmier) sur « les routes du sel, des marais et des salins »

bando pierre, noir et blanc (83) Hyères 2.19 © PhI
Pierre, noir et blanc (83) Hyères 2.19 bando © PhI

« Des rochers au blanc et au noir étincelants s’emparent de la lumière, à midi plein… sud »

« De toute sa blancheur d’un noir éblouissant » in « la Neige », Claude Nougaro

_________________________________

« sur les routes du sel, des marais et des salins »

Hyères (83) carte et bords de mer 23 & 24.2.19 © PhI
Hyères (83) carte et bords de mer 23 & 24.2.19 © PhI
Vue de Hyères (83) d'une plage-promenade 24.2.19  ©PhI
Vue de Hyères (83) d’une plage-promenade 24.2.19 ©PhI
  • Hyères sur des WebCams (caméras sur internet) : presqu’île de Giens, plage de l’Almaranne, port de la Madrague, rond-point de Majastre, Port de Hyères…

Hyères, Var (site web municipal).

Hyères (83) bord de mer, 23.2.19 © PhI
Hyères (83) pomenades au bord de mer, 23.2.19 bandô © PhI

Villa Noailles, centre d’art d’intérêt national.

plage de l'Almanarre, Hyères (83), 23.2.19 © PhI
plage de l’Almanarre, Hyères (83), 23.2.19 © PhI

Au bord de la mer, et d’une presqu’île, d’une route du sel, du chemin des salins…

Hyères (83) route du sel 24.2.19 © PhI
Hyères (83) route du sel 24.2.19 © PhI

Oiseaux des salins de Hyères

Hyères (83) oiseaux au bord de la route du sel 24.2.19 © PhI
Hyères (83) oiseaux au bord de la route du sel 24.2.19 © PhI

« Hyères, [et] sans lendemain…

… Elle marchait très vite au bord de l’eau, sans regarder autour d’elle, avec dans sa tête des idées qui bougeaient, toujours des doutes, l’envie et la peur de son envie. Puis, elle s’échappait dans des images de cinéma, de Cannes, des films de la future sélection du festival. Puis, elle revenait à ses pensées. Elle était comme le petit renard, « je m’habille le coeur » qui bat à un rythme un peu particulier depuis cette rencontre. « La porte verte est ouverte » parfois, mais, quand elle le voit, c’est souvent, défense et doute qui reviennent… Trop simple, trop inhabituel pour accepter une situation rêvée, mais s’autorise-t-elle à vivre un petit bonheur ? Le vent revient et balaye son visage et ses pensées, elle est déjà ailleurs. Elle se presse vers le train qui l’emmène vers d’autres destinations, vers d’autres rencontres possibles. » © I.V. [« Id@, la femme qui marchait sur le bord de mer ». Merci à l’auteure, I. Vidal]

  • création, 18.4.19