Voile, école, marques, dévoilée © PhI Laicite.fr

Sorties Scolaires

Sorties, Accompagnants Scolaires et Neutralité Laïque…

Laïcité & Sorties Scolaires

Chateaurenard (13). En février 2017, Le député-maire Bernard Reynès interpelle la ministre de L’Education Nationale N.V-B. à propos de l’action de l’association CCIF (fondamentaliste) sur la présence de parents accompagnants de sorties scolaires… (courriers que le député nous a envoyé en mars 2017)

Sorties Scolaires. « Texte de Eddy Khaldi, président de la Fédération nationale des DDEN (délégués départementaux de l’éducation nationale)sur le port de signes religieux par les accompagnateurs de sorties scolaires. Propos tenus, en audition, au Sénat devant la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication le 16 oct. 2019. La nature de la sortie scolaire n’est-elle pas, avant tout une activité d’enseignement ? C‘est bien de la nature de l’activité dont il est question pour une sortie scolaire. C’est ici une activité d’enseignement comme l’indique la Circulaire n°99-136 du 21 septembre 1999 relative à l’organisation des sorties scolaires. Avant de s’arrêter sur l’accompagnant des sorties scolaires, remarquons qu’on ne peut circonscrire et attribuer exclusivement à une « maman » voire à un parent l’encadrement de cette activité plus largement ouverte à tout citoyen bénévole. Les parents n’ont pas l’apanage de l’accompagnement des activités et des sorties scolaires. Cet accompagnant n’est pas mandaté par son association de parents d’élèves, il est choisi et désigné par l’enseignant et la directrice ou le directeur de l’école . Cet accompagnant est sous l’autorité de l’équipe éducative. Il doit respecter toutes les consignes de cette activité qui se déroule dans un cadre scolaire. C’est effectivement une activité d’enseignement. Notre Fédération de DDEN propose d’encadrer cette activité d’enseignement avec une charte de l’accompagnateur. Rappelons aussi notre motion du Congrès de Rennes et notre communiqué de septembre 2019 […] » [Lire la SUITE]

L’État  protège la liberté de conscience des élèves

« Tribune. Accompagnatrices Scolaires, sortir de la Confusion et de l’émotivité » 6.11.19, LeFigaro.fr & 8.11.19 UFAL.org.

Tribune. « […] Pourtant, rappelons que l’article L.141-5-2 du code de l’éducation s’applique aussi « hors les murs » : « L’État protège la liberté de conscience des élèves. Les comportements constitutifs de pressions sur les croyances des élèves ou de tentatives d’endoctrinement de ceux-ci sont interdits dans les écoles publiques et les établissements publics locaux d’enseignement, à leurs abords immédiats et pendant toute activité liée à l’enseignement. » […] »

Les signataires de cette tribune sont : Catherine Kintzler, philosophe ; Elisabeth de Fontenay, philosophe ; Sabine Prokhoris, philosophe et psychanalyste ; Fatiha Agag-Boudjahlat, enseignante, essayiste, féministe universaliste pour la laïcité ; Charles Arambourou, magistrat honoraire, militant laïque (UFAL) ; Laurent Bouvet, cofondateur du Printemps républicain, professeur de science politique ; Martine Cerf, secrétaire générale d’Égalité Laïcité Europe (EGALE) ; Marieme Hélie Lucas, sociologue, directrice du réseau « Secularism Is a Women’s Issue » ; Liliane Kandel, sociologue ; Eddy Khaldi, président de la Fédération nationale des délégués départementaux de l’Éducation nationale (DDEN) ; François Rastier, linguiste, directeur de recherches au CNRS ; et Jean-Pierre Sakoun, président du Comité Laïcité République.

Toiles d'araignée (04) Ste-Croix-à-Lauze 9.13 © PhI
Toiles d’araignée (04) Ste-Croix-à-Lauze 9.13 © PhI

DDEN : définition, Wikipédia – présentation, SNU-IPP

« Laïcité : quand Nicolas Sarkozy s’opposait à une loi pour interdire le voile à l’école, 29.10.19 PublicSenat.fr Alors que le Sénat examine une proposition de loi visant à interdire le port du voile dans les sorties scolaires, retour sur le débat autour de la loi de 2004 interdisant les signes religieux ostensibles à l’école. A l’époque, Nicolas Sarkozy y était opposé […] »

  • Big bazar. Voile : signal faible, trouble fort, Matthieu Deprieck, Ivanne Trippenbach, lopinion.fr, 16.10.19. Entre l’appel d’Emmanuel Macron à basculer dans une « société de vigilance » et la énième polémique sur le port du voile lors des sorties scolaires, la majorité cherche à garder la tête froide pour éviter toute stigmatisation des musulmans… »

EN, des Textes

REMERCIEMENTS pour leurs questionnements et leurs apports de textes : aux franciliens Eddy Khaldi & Catherine Kintzler, aux Beaucairoises CL & VE…

Allemagne-en-Provence (04) Expo © PhI
Allemagne-en-Provence (04) Expo © PhI, années ‘90

Nicolas Cadène, 15.10.19, FB. « On passe donc d’une mère accompagnatrice bénévolese faisant humiliée par le FN/RN devant son enfant et sa classe, en public (simplement parce que musulmane portant un voile, en toute légalité en l’espèce) à une série de propositions de loi émanant de personnalités diverses qui vise rien moins qu’à imposer la neutralité de toutes et tous partout, sauf chez soi (c’est-à-dire, imposer la neutralité absolue dans les entreprises, dans la rue, dans la nature, etc. : certaines propositions sont déjà déposées sur les bureaux de l’Assemblée nationale ou du Sénat). Cette dérive est grave et liberticide. Il faut le dire clairement : alors même que la laïcité est invoquée sans cesse, cela serait totalement contraire à notre laïcité. La laïcité, ce n’est pas la neutralité de toutes et tous partout, ce n’est pas l’interdiction d’avoir ou d’exprimer des convictions religieuses ou non, c’est le cadre commun qui permet à chacun d’exprimer des convictions différentes pourvu que chacun respecte l’ordre public et n’impose rien à autrui. C’est la neutralité uniquement de ceux qui exercent une mission de service public, en conséquence de la séparation entre l’administration publique et les organisations religieuses. Or, tout est aujourd’hui confondu : laïcité et neutralité, loi de 1905 et loi de 2004, voire loi de 2010, etc. Il ne faudrait pas oublier pourquoi a été conçue notre laïcité : parce que notre pays a trop longtemps connu les guerres de religion, les persécutions de minorités, puis les discriminations à leur encontre. Dans notre République laïque, il n’y a pas de majorité qui s’opposerait à des minorités, il n’y a que des citoyennes et citoyens à égalité de droits et de devoirs. Arrêtons de céder aux surenchères, et concentrons-nous sur les vrais problèmes en la matière : formation des acteurs de terrain pour une meilleure connaissance puis application de la loi, politiques publiques pour renforcer la mixité sociale empêchant les replis, soutien aux services publics partout sur le territoire, renforcement des sanctions encourues lorsque les exigences minimales de la vie en société sont mises à mal, etc. Hier, j’ai été interviewé une dizaine de fois à la télévision ou à la radio (lorsqu’il y a des polémiques, on nous appelle. Malheureusement, tel n’est pas le cas lorsque nous avons de belles actions de terrain à évoquer…). J’espère au moins que cela aura permis de rappeler à certains ce que signifie réellement « laïcité » et « République laïque ». (Et, de citer ses interventions sur les media LCI, France Info, Public Sénat, Sud Radio, Libération, 20 minutes, Le Monde, France Inter) »

Voile, école, marques, dévoilée © PhI Laicite.fr
Voile, école, marques, dévoilée © PhI – Laicite.fr

« Témoignage. « Si stigmatisation il y a, c’est à l’encontre de la laïcité, 10.11.19 lexpress.fr, Amandine Hirou. Hanane Pernel raconte comment l’école de la République l’a aidée à se « réaliser pleinement, en tant que femme ». Et crie son attachement viscéral à la laïcité. Les récents débats autour de la laïcité à l’école ont encouragé Hanane Pernel à prendre la plume. Cette auxiliaire de puériculture, qui a quitté son Maroc natal pour la France à l’âge de 13 ans, livre à L’Express son histoire. Même si elle a arrêté l’école à 16 ans, « rattrapée par l’obscurantisme familial », elle aura hérité de cette « petite graine » qui l’aidera à s’émanciper et à « se réaliser pleinement en tant que femme ». Un droit précieux que cette mère de famille s’attache aujourd’hui à défendre. […] Je suis tellement surprise de constater les réclamations permanentes de certaines familles concernant les repas sans porc et même désormais les repas hallal. L’an passé, en accord total avec l’équipe enseignante de l’école,j’ai appuyé et soutenu la volonté de demander aux parents accompagnateurs de sorties scolaires la neutralité religieuse et d’opinion dans leur aspect vestimentaire en étant tout à fait consciente que dans mon quartier, cela s’adressait plus particulièrement aux mères d’élèves voilées. Cet ajout au règlement de l’école, voté très majoritairement par le conseil d’école a bien sûr, suscité un vif émoi, émoi provoqué par l’action de 2 parents d’élèves. Lorsqu’il fut question pour ces mamans de rallier le soutien des parents, quelle ne fut pas leur surprise de constater que, malgré mon aspect méditerranéen et mon prénom, mes réponses étaient claires sur ce sujet : J’approuvais totalement cet ajout au règlement de l’école. Après tout ce que j’avais vécu pour m’en sortir, je me voyais rattrapée par ce voile promu désormais par les femmes elles-mêmes. […] »

vigne, cep, grappe 2011-2015 Vaucluse © PhI
vigne, cep, grappe 2011-2015 Vaucluse © PhI

Gauche, de touche pas à mon pôte à touche pas à mon voile. PRG PartiRadicalDeGauche.fr 20.10.19 « #PasAuNomDeMaGauche, Tribune Libre, Guillaume Lacroix, président du PRG-le Centre Gauche. Il était universaliste ce concert de 1985, où SOS racisme brandit la main fraternelle du « touche pas à mon pote ». Il marqua toute une génération.[…] C’est la gauche qui fit 1905. C’est la gauche qui fit « touche pas à mon pote ». Deux fiertés. Elle ne peut confondre les deux au nom de son identité républicaine. Une identité républicaine pour corriger ses propres dérives. Une identité républicaine pour affirmer la laïcité et l’égalité comme deux piliers fondamentaux. Une identité républicaine pour ne rien oublier ni pardonner, non plus, des fautes de la France à l’égard de ceux qui sont pleinement nos concitoyens aujourd’hui. Non, au nom de ma gauche républicaine, « touche pas à mon pote » ne peut pas devenir « touche pas à mon voile ». (Lire Tout)

www.laicite.fr/laiq-info 4.19 bando
www.laicite.fr/laiq-info 4.19

Voir Aussi sur Info Dernière, nov. 2019 et oct. 2019

création, octobre 2019